Neko Mania


Bienvenu Invité sur un RPG 100% Neko, amuse-toi bien parmi nous !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Neko Mania l'univers des nekos(chat),des humains et des Darks Regis (méchant) inscrivez vous vite sur le forum ! /Chocolat & Vanilla /

Partagez|

Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Garry Ib
Humain
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes plus beaux rêve~

Personnage
Race: Humain
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Ven 13 Juil - 0:03

Garry s'était réveillé un peu tard comparé à d'habitude... Faut dire qu'avec la nuit mouvementée qu'il a passé, il n'y a rien de plus normal ! Note personnelle : Ne jamais sortir faire la fête avec une bande de jeunes. Ça fume, ça boit, ça braille, mais où est le plaisir là dedans ?! Une de ses amies qu'il avait rencontré au bar lui avait proposé de la rejoindre pour faire un barathon.

Il n'avait pas voulut avouer qu'il ignorait le sens de ce mot... Barathon... Barathon... Dit comme ça, ça ressemble à "bar à ton", du coup bah intérieurement il s'était demandé l'intérêt ! Puis avec un minimum de jugeote il avait finit par comprendre que ça ne pouvait pas être ça...Barathon...Barathon... Ça ressemble étrangement à Marathon, cette course que de nombreuses associations utilisent pour encourager le don de sois et faire connaître leur cause. Ou encore le biathlon, ou bien triathlon, enfin bref, on ne va pas tous les passer... Tout ça pour dire que ça doit être un sport où la vitesse est de rigueur ! Mais une fois face à la chose, Garry avait remit son jugement en question...

En effet, un barathon consistait essentiellement à faire le tour d'un quartier pour écumer tous les bars, et soyez sûr qu'à la fin, vous comprendrez votre douleur !

C'est donc avec un mal de crâne incommensurable et la bouche largement pâteuse qu'il avait péniblement ouvert les yeux et s'était levé de son canapé miteux qu'il valait mieux de changer avant qu'il ne tombe réellement en ruine... Titubant jusqu'à la salle de bain, il avait eu l'occasion de se cogner 3 fois le coude, à chaque fois qu'il rencontrait une de ces satanées portes, 3 fois le pieds, la table basse et autres meubles ne lui faisaient pas de cadeau... Et une fois la tête, sur un de ces lustres trop bas... C'est dans ces moments là qu'il se disait qu'il ferait peut être mieux de réaménager son appartement minable ou encore d'en changer carrément pour un plus grand et vivable, voire même une maison ! Après tout il avait largement les moyens... Mais bon, allez savoir, il l'aimait lui cet appart' pourrit, il vivait une vie d'adolescent, un peu en retard certes, mais bon, on fait comme on peut hein ! Un jour il grandira un peu dans sa tête... Qui sait... Enfin, on pourrait dire que vivre son adolescence l'aide fortement à grandir et prendre conscience qu'à 26 ans, il serait temps de prendre sa vie en charge, et plutôt que d'utiliser l'argent de papa et maman -aussi loin soient ils-, il devrait se trouver un petit job... Même s'il n'en a pas besoin... Principe de ! Bref.

Une fois dans la salle de bain, comme toutes les personnes normalement constituées ayant prit une bonne cuite, il fit gicler de l'eau glacial sur son visage pâle pour aider à se réveillé. A ce moment il se rendit compte qu'un simple caleçon lui servait d'habit...

Putain j'ai fais quoi encore...?!


Alala... Perte de mémoire après excès de boissons alcoolisées... Que du bonheur ! Il se rendit à la cuisine pour tenter de calmer sa migraine avec une bonne aspirine, l'amie des fêtards ! Et se mit à la recherche de ses vêtements.... Fort heureusement, ils étaient tous dans son appart ! Mais vraiment... Qu'est ce qu'ils foutaient là ?! Son débardeur était suspendu au lustre qu'il s'était prit quelques minutes au part avant, son pantalon était dans le micro onde, sa veste fétiche était à demi dans la maison à demi dans les aires : la plus grande partie volait derrière la fenêtre, une de ses chaussure ramassait la poussière sous le canapé et l'autre menaçait de tomber du haut de la bibliothèque. Bref. Une fois qu'il avait tout retrouvé, il avait put tout mettre dans un sachet (même les chaussures, sisi !) pour les emmener au pressing. Du coup il a enfilé de nouveaux vêtements après avoir prit une p'tite douche.

Après s'être un peu fait "beau", si ce terme peut être utilisé de la sorte, il se mit en quête de satisfaire les jérémiades de son estomac, malheureusement, le frigo était vide... Pas le choix, faudrait sortir ! De toute façon il avait son linge imbibé d'alcool à faire laver... En se dirigeant vers sa porte, il récupéra dans on armoire une paire de chaussures. En les tirant vivement vers lui, un petit papier tomba lentement à ses pieds. Il se pencha pour le ramasser et reconnue la photo de mariage de ses parents...

Que fait elle dans l'armoire à chaussures...?

Bien que personne n'allait répondre à cette interrogation silencieuse, la question restait toujours aussi intrigante. Mais plus il fixait le visage serein de ses défunts parents, plus son coeur se remplissait d'une douleur persistante. Le regard vide, il se dirigea vers la sortie, la photo à la main. Une simple image avait réussit à raviver en lui tout un tas de souvenirs.Il aurait tant aimer connaître sa mère, ses secrets, il aurait tant aimé pouvoir sauver son père... Tant de regrets que même le temps ne réussissait pas à effacer...

Il marchait tristement sur les trottoirs presque vide en direction de la première station de lavage automatique du coin. En attendant que son linge soit propre et sec, il était partit s'acheter quelques truc à manger et ayant plus de 2 heures à attendre, autant les passer loin du vacarme assourdissant des machines à laver ! De ce fait il s'était rendu dans le parc de jeu le plus près, désert. Assis sur une balançoire ils'était mit à ressasser son passé, à s'imaginer comment aurait été sa vie si sa mère était toujours de ce monde... Le regard bas... Ses pieds foulaient le sable... Ses cheveux mauves fouettaient son visage durcit par le chagrin à cause des fortes bourrasques de vent.

_________________Neko---Mania_______________

Merci infiniment Kachū~
Revenir en haut Aller en bas
Yuru Maho
Neko
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/07/2012

Personnage
Race: Neko
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Ven 13 Juil - 16:05

Yuru c'était levé tôt ce petit matin pour aller marcher un peu, cela faisait un moment qu'il était resté enfermer chez lui devant son ordinateur, ses yeux commençaient à devenir plus que rouge, mais la vraie raison de sa promenade c'est qu'il était en manque de chocolat et sans chocolat il ne pouvait survivre. Sa tablette de chocolat c'était comme sa cigarette du matin pour un fumeur, son verre d'alcool quotidien pour un alcoolique ou sa drogue pour un euh on oubli. Il devenait fou s'il ne l'avait pas et ce n'est pas joli à voir croyez-moi. C'est donc pour ça qu'il parti au triple galop à l'épicerie du coin de rue pour acheter une tablette de chocolat ... bon ok il en a acheté cinq mais ce n'est pas si énorme comme différence. Arriver à l'épicerie il prit cinq tablettes de chocolat noir et se passa à la caisse. La caissière passa les articles et dit à Yuru avec un grand sourire :

« Ça vous fera 966.30 Yen »

« Euh deux secondes je sors mon porte-monn... »

Et la c'est le drame. Dans la précipitation Yuru avait oublié son porte-monnaie. Son visage se décomposa d'un petit sourire à une tête terrorisée. Il poussa un cri de panique et commença à tourner en rond. Il se demandait comment il allait survivre sans son chocolat. Le problème était de haut niveau, il aurait mit un niveau 10 sur l'échelle de Ritcher et encore ce n'était pas assez pour ce drame. Les séismes, tsunamis, ouragans et inondations ne sont que sable, flaque d'eau, petite brise et gouttelette à côté d'un manque de chocolat ! Puis soudain, Yuru eu l'idée du siècle, celle-ci lui été venu comme ça, comme un instinct de survie. En plus d'être génial, cette idée ne pouvait échouer, car cette idée était :roulement de tambours:, aller chercher son porte6monnaie chez lui. Il alla au bout de l'épicerie prendre son élan et sorti en quatrième, non en cinquième voir huitième vitesse de l'épicerie. Telle une voiture de course, il fonçait en ligne droite pour aller chez lui, il renversa une ou deux dizaines de personnes sur son passage, monta sur les voitures qui se trouvaient devant lui, se servait des poteaux pour changer de direction. Il voyait la porte de sa maison qui était bleue, il ne lui restait pas grand-chose à parcourir, il prit le dernier virage et fonça sur la porte #BOUM#

« Aïeuh »

Il avait sans doute oublié aussi qu'il avait fermé la porte à clé donc il se l'ait pris en pleine tête et voilà qu'il saigne du nez maintenant. Yuru reprend ses esprits et se souviens qu'il doit prendre son porte-monnaie le plus vite possible pour sa tablette de chocolat. Il se dirigea vers l'ascenseur et appuya sur le bouton pour appeler l'ascenseur (et oui on ne siffle pas les ascenseurs, ce n'est pas comme des taxis ou du stop). Il regardait le numéro devenir de plus en plus petit ''9... 8 ... 7''. Yuru baissa la tête et se frotta les cheveux de manière désespérer, cet ascenseur était bien trop lent et ce bâtiment bien trop grand, quelle idée de faire autant d'étages ! Il prit alors les escaliers et commença à les monter à toutes vitesse. Comme à son habitude dans des escaliers, il compta les marches qu'il y avait.

« 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11 ... 2 356 ......... 2 357 ...... et 2 358 »

Yuru arriva à son étage (le 11e) en rampant par terre, en levant le bras vers la lumière qui se dégageait d'une ampoule. Yuru était un très bon acteur. Puis le mot ''Chocolat'' raisonna dans sa tête, ses yeux s'ouvraient en grand, plus déterminer que jamais il ouvra la porte de sa maison et rechercha le fameux porte monnaie, mais vu que Yuru est extrêmement ordonné et qu'il range toujours toutes ses affaires :ironie : il n'arrivait pas à trouver son porte-monnaie. Il passa alors en mode récapitulatif.

« Alors, j'ai fait quoi hier, je suis allé sur l'ordinateur et j'ai joué à S4 league, puis je suis allé me chercher des chips et je suis passé par les toilettes pendant dix minutes, ensuite à 5heure du matin je suis allé prendre une douche de une heure (il s'est endormi!) et j'ai mis mes affaires dans la machine à laver .... AAAAH !!! »

Yuru fonça devant sa machine qui tournait, il lavait fait tourner ce matin avant de se rendre compte qu'il n'avait plus de chocolat. Il regardait son porte-monnaie tourner encore et encore et encore, il attrapa la poignée et commença à forcer comme un malade mental sur la portière, mais tout le monde sait pourtant qu'on ne peut pas ouvrir une machine à laver en cours de lavage. Yuru un marteau et brisa le hublot.

« Oui je l'ai ! »

Et il reparti à l'épicerie chercher son chocolat. Il paya les 966.30 Yen. Tout content les larmes aux yeux, il savoura lentement sa première tablette de chocolat et se dirigeait vers le parc où il s'assit à coter de quelqu'un sur une balançoire et commença à ce balancer tout en dégustant son chocolat. Il était tellement content et tellement heureux sur sa petite balançoire avec son chocolat. Il se balançait de plus en plus fort jusqu'à ce retrouver parallèle. Il vit en dessous de lui, le jeune homme qui semblait un peu déprimé, ce jeune homme, la tête baissée, il battait doucement des pieds frôlant le sable. Yuru pris un carré de chocolat et le mit devant la tête du jeune homme pour que celui-ci le mange.

« Est-ce que ça va ? Tu as l'air déprimer. Mange un chocolat »

Yuru venait de lui donner un carré de chocolat, une chose extraordinaire ! Était-il malade ?

Hors Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Garry Ib
Humain
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes plus beaux rêve~

Personnage
Race: Humain
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Jeu 19 Juil - 20:59

Garry avait le don (?!) de concentration... Par là j'insinue que, dès qu'il se perd dans les profondeurs de ses pensées, plus rien ne peut l'en sortir, enfin... Tout est relatif ! De ce fait, il avait fait abstraction de la présence du jeune homme qui se balançait à côté de lui. Oh oui il l'entendait ! Vu les bruits incessants de grincement que produisait le frottement la ferraille légèrement rouillée des anneaux contre les attaches de ce même matériaux usé... Mais puisqu'il était occupé ailleurs, ce n'était qu'un lointain son dans les méandres de son esprit.

Dans sa tête préoccupée planait un mélange de souvenirs inventés et de regrets éternels, rien de très gai en apparence, et pourtant un faux sourire illuminait son triste visage. Il aurait aimé connaitre sa mère, se baladait sur le sable chaud main dans la main avec elle comme le suggérait l'un de ces souvenirs trafiqués, ou encore boire un thé en tête à tête dans le vaste jardin de leur modeste demeure (?!)... Mais il savait pertinemment qu'aucun de ces rêves ne se réaliseraient, ils n'étaient que chimères insaisissables, vagues pensées irréalisables, doux rêves pleins de promesses impossibles à tenir....

Son regard braqué sur le sable que soulevait ses chaussures sombres n'exprimait rien, ni joie, ni douleur, ni tristesse. Ses doigts crispés sur les cordes rêches de la vielle balançoire finirent par se détendre au même moment où son coeur ratait un battement. Nul ne révélait sa surprise face à la voix joyeuse qui venait de lui proposer un carré de chocolat. Le battement de coeur manquant avait vite cédé sa place au suivant et son rythme cardiaque était revenu à la normale, seul son sourcil gauche relevé exprimait son interrogation quant à la proposition si naïve du jeune garçon assit sur le bois usé de la balançoire à sa droite. Le bras tendu, il venait de proposer un petit morceau de chocolat noir à son aîné.

-"Est-ce que ça va ? Tu as l'air déprimer. Mange un chocolat !"

Une voix masculine, bien entendu, mais légèrement aiguë, qui donne un côté chaleureux au personnage, son large sourire invitait à lui répondre et ses yeux bleu satinés aussi limpides que l'azure attiraient principalement le regard. Ce n'est pas tout de suite que Garry avait remarqué les deux trigones flou qui ondulaient au dessus de son crâne blond.
Instinctivement il tendu le bras, paume ouverte doigts écartés, pour accueillir l'aliment sucré offert par le jeune inconnu. Son regard pourpre plongé dans celui océan de son intrigante rencontre, il porta le petit morceau à ses lèvres pour en récolter un tout petit coin. En deux mouvements de mâchoire et une déglutination la l'arôme du cacao se répandit dans la totalité de sa bouche et de son œsophage.

-"Beaucoup mieux grâce à toi... Merci"

Un sourire ravis s'étendit sur ses lèvres et ses yeux se plissèrent légèrement, mettant en valeur les rides aux creux de ses joues mais aussi les pattes d'oie aux coin de ses yeux. L'envie de passer sa main sur la chevelure doré du jeune garçon se fit ressentir mais la présence des sinuosités en forme triangulaires lui firent marquer un arrêt. Ça faisait comme sur la photo avec sa mère...

-"Un neko..."

Une courte phrase à peine chuchotée, accompagnée d'un effleurement discret des oreilles félines invisibles ainsi qu'un regard insistant sur le sommet de la tête du blondinet.

L'homme encore assit sur la balançoire arborait à présent un faciès fasciné, ces créatures mystiques l'avaient toujours beaucoup intrigué et émerveillé. Et dire que cette rencontre était dû à l'apparition mystérieuse de la photo de ses parents, dont la mère était une neko pure sang, visible par ses oreilles et sa queue. Quoi que... Jusqu'à présent il avait été le seul à avoir pu distinguer ces excroissances animales, ses amis ou connaissances se sont toujours moqué de lui.

Enfin... Dire que cette rencontre était seulement dû à ça serait mentir, après tout si ses vêtements n'avaient pas été salis la veille, il n'aurait pas été contraint d'aller les laver et se retrouver à se morfondre dans ce parc vide ! Enfin plus si vide que ça...

HRP:
 

_________________Neko---Mania_______________

Merci infiniment Kachū~
Revenir en haut Aller en bas
Yuru Maho
Neko
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/07/2012

Personnage
Race: Neko
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Sam 21 Juil - 1:20

Le garçon à l'air déprimé accepta le chocolat de Yuyu après quelques minutes de silence puis tout en le dégustant il regarda avec un petit sourire coincé et lui répondit :

« Beaucoup mieux grâce à toi... Merci »


Yuyu plissa les yeux avec un large sourire pour montrer que cela lui faisait aussi plaisir. Puis lorsqu'il rouvrit les yeux correctement, il vu le garçon regarder le haut de son crâne, puis il prononça tout bas et à peine perceptible :

« Un neko... »


Yuyu d'abord étonné que ce mot sorte de la bouche d'un être humain, car la plupart des humains nient l'existence des nekos, pour eux ce ne sont que des mythes, des légendes ou simplement des rêves. Yuyu baissa la tête montrant un sourire de gaieté et commença à parler d'une voix bien plus ferme et sérieuse que la précédente :

« Tu peux les voir pas vrai »

Le jeune humain fit un mouvement affirmatif de la tête puis Yuyu enchaîna son discoure :

« Comme tu l'as si bien dit tout à l'heure, je suis un neko. Je n'ai pas besoin de t'expliquer ce que c'est, tu sembles très bien le savoir et vu la tête que tu fais des souvenirs doivent te revenir en tête. Je me doutai que tu pouvais me voir, tu n'es pas un humain comme les autres. Tu es le seul qui arrive à me voir sous ma vraie forme, tous les autres humains me voient sous ma forme humaine et maintenant que tu connais ma vraie identité ... je vais devoir te tuer ! »


Yuyu fit un bond en avant et virtualisa un revolver, un simple 9mm de couleur noir. Il pointa son revolver auniveau du front du jeune humain à cinq ou six centimètres de distance. Le jeune homme ne bougea pas d'un poil, son visage était tout ce qui avait de plus neutre, la peur ne se faisait pas sentir sur son visage ni même le doute.Yuyu sourire et appuya sur la détente, le bruit du revolver résonna dans le parc, les oiseaux prient de panique s'envolèrent. Yuyu regarda le jeune humain saupoudré de paillettes. Son visage brillait avec les paillettes et la lumière du jour, il n'avait toujours pas bougé, à croire qu'il savait que ce revolver était un faux. Yuyu baissa son jouet qui disparu en multitude de chiffres et de lettres bleues dans l'air. Il regarda le jeune humain et lui posa une question après une petite phrase :

« Si j'aurais été un de ces neko rebelles je t'aurais tué, mais tu n'as pas hésité, preuve de confiance ou de folie, seul toi peux le dire. Maintenant j'ai une question à te poser, qu'elle est ton souhait le plus cher, celui où tu serais prêt à donner corps et âme pour qu'il se réalise ? »

Les deux jeunes hommes ce regardèrent fixement dans les yeux, laissant le silence s'installer avant que l'humain casse ce silence par sa réponse.
Yuyu écouta attentivement sa réponse avant de conclure ce dialogue par :

« Eh bien si tu l'acceptes je peux réaliser ton souhait, seulement si tu m'aides à réaliser le mien, le mien étant d'éliminer tous les darks régis de Tokyo en premier puis je viserais plus grand ensuite, mais pour cela je dois avoir quelqu'un à mes coter, un humain voulait sceller un pacte avec moi. Alors, veut tu être cet humain ?

Il tendit sa main vers le jeune homme pour que celui-ci accepte le contrat.
Revenir en haut Aller en bas
Garry Ib
Humain
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes plus beaux rêve~

Personnage
Race: Humain
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Sam 21 Juil - 23:33

Ce simple mot, pourtant si anodin, avait suscité la surprise chez le jeune garçon qui faisait face au grand ténébreux. D'abord ses grands yeux bleu océan s'étaient grandement écarquillés et son corps tout entier s'était reculé de quelques centimètres. Mais très vite, sans aucune transition, sa tête s'était baissée, cachant ses beaux yeux saphirs par de courtes mèches d'or, et ses lèvres fines laissait paraître un sourire plus qu'étrange. Enfin il brisa le silence d'une voix bien moins guillerette et joviale, mais beaucoup plus grave et basse.

-"Tu peux les voir pas vrai"

Garry se contenta de répondre par un simple hochement de tête très significatif en ramenant sa main vers ses genoux. Il fixait l'adolescent, toujours autant attiré par ses excroissances de félin, apercevant enfin sa queue, toujours très floue et presque imperceptible, elle fouettait l'air silencieusement avec une cadence très lente.

Avec toujours autant de spontanéité il poursuivit en relevant la tête, le regard plongé dans celui de son interlocuteur :

-"Comme tu l'as si bien dit tout à l'heure, je suis un neko. Je n'ai pas besoin de t'expliquer ce que c'est, tu sembles très bien le savoir et vu la tête que tu fais des souvenirs doivent te revenir en tête. Je me doutai que tu pouvais me voir, tu n'es pas un humain comme les autres. Tu es le seul qui arrive à me voir sous ma vraie forme, tous les autres humains me voient sous ma forme humaine et maintenant que tu connais ma vraie identité ... je vais devoir te tuer !"

D'un bond habile il se propulsa en arrière, une arme à feu apparut instantanément dans sa main qu'il tendit vers l'homme toujours assit. Stoïque, il fixait avec neutralité son adversaire. Son heure n'était pas arrivé, le seul évènement tragique qui se produirait autour de lui serait celui d'une vielle dame qui tomberait du trottoir et se briserait la jambe d'ici quelques heures, voire quelques minutes.

De ce fait, pourquoi avoir peur ? Le jeune hybride bleffait. Aucun doute, et quelle raison valable aurait-il de mettre fin à ses jours ? Aucune apparente. Le jeune homme fixait toujours aussi intensément le jeune garçon, qu'allait il se passer à présent ? Allait il ranger le revolver ou en faire sortir un petit drapeau ? Qui sait, seul la patience nous le dira.

Assit sur la balançoire immobile, les jambes tendus devant lui, une main se tenant à la vielle corde abîmée, l'autre posée sur sa cuisse, le dos droit, il fixait toujours la scène. Ses yeux sombres n'exprimaient rien d'autre que la neutralité, nul sourire se dessinait sur ses lèvres, nul expression ne se lisait sur les traits de sa peau lisse et fatiguée. Une dernière brise agita une mèche rebelle avant de laisser définitivement place au soleil et un bruit sourd retentit. Instinctivement la cible ferma les yeux, sans autre mouvement que celui de ses paupières, s'en suivit le son de nombreux battements d'ailes affolées, de pépiements de terreur et de branches feuillus agitées.

En rouvrant les yeux il aperçut une multitude de paillettes argentées reflétant les quelques rayons de soleils qui daignaient réchauffer le visage serein du jeune adulte. Sans un mot il se débarrassa de ces minuscules confettis brillants d'un mouvement de tête brève, quelques unes logées dans sa chevelure pourpre refusaient de s'en aller. L'arme disparut aussi vite qu'elle était apparut mais cette fois Garry put voir le fonctionnement, sans pour autant le comprendre. Il avait entendu parler de Neko possédants certains pouvoirs, mais ceux ci différaient d'un individu à l'autre. Ce nuage de fumée composé de chiffres et de lettres spécifiques renouvelaient la curiosité du jeune homme toujours assit.

Comme pour justifier son acte, le jeune neko reprit la parole :

-"Si j'avais été un de ces neko rebelles je t'aurais tué, mais tu n'as pas hésité, preuve de confiance ou de folie, seul toi peut le dire. Maintenant j'ai une question à te poser, quel est ton souhait le plus cher, celui où tu serais prêt à donner corps et âme pour qu'il se réalise ?"

Le principal intéressé ne répondit pas tout de suite. Dans un mouvement lent et dénué de toute rapidité il lâcha la corde et rapprocha ses jambes pour s'y appuyer. Il courba le dos en inspirant puis se redressa en expirant, ils se fixèrent un moment puis le visage dur de Garry s'adoucit et laissa place à un regard serein et un sourire aussi simple que doux.

-"Mon souhait le plus cher hein..." Il marqua une pause le temps de se remémorer quelques brides de son passé. "Cela fait 26 ans que ma mère a quitter notre monde. Et à peine 8 ans que j'ai apprit qu'elle était une Neko. Je vois les Neko sous leur vrai forme, et distingue vaguement leurs membres animales quand d'autres les croient humains. J'ai fais des recherches, mais je ne sais pas grand chose en fait. De ce fait, j'aimerais que tu m'apprenne tout ce qu'il y a a savoir sur ton peuple. D'où vous venez, pourquoi vous êtes ici sur terre, quels sont vos pouvoirs, comment les utiliser,... Toutes ces questions ont besoin de réponses, et je ne peux pas les trouver sans ton aide. Mais plus que tout... Je souhaite retrouver des membres de la famille de ma mère. Je ne l'ai pas connue et c'est mon plus grand regret. Je veux rencontrer les proches de celle qui m'a mit au monde au péril de sa vie."

Il acheva avec cette dernière faveur sur un ton ferme et des plus sérieux. Ses doigts s'étaient crispés sur son pantalon et son regard était devenu un peu plus dur, plein de conviction et d'espoir. L'autre s'était tut. Il avait écouté jusqu'au bout. D'un hochement de tête il admit qu'il avait comprit sa requête et avoua alors :

-"Et bien si tu l'acceptes je peux réaliser ton souhait, seulement si tu m'aides à réaliser le mien, le mien étant d'éliminer tous les darks régis de Tokyo en premier puis je viserais plus grand ensuite, mais pour cela je dois avoir quelqu'un à mes coter, un humain voulant sceller un pacte avec moi. Alors, veux-tu être cet humain ?"

La main tendu il attendait vraisemblablement que le jeune homme accepte sans contestation. Ce dernier se leva, poussant sur ses bras pour enfin se redresser. Il était légèrement plus grand que le blondinet mais clairement plus imposant. Il attrapa sa main avec force et douceur à la fois mais l'interrogea sur la nature des Darks Régis.

-"Je ne sais pas qui ils sont ou ce qu'ils sont, mais tu trouvera bien le moyens de me l'expliquer... Tu as l'air de quelqu'un de bien, je ne doute pas en le fait que tes intentions soient bonnes. Je t'aiderais du mieux que je peux. Il faudra donc que tu m'explique aussi en quoi consiste ma présence à tes côtés. J'accepte de sceller ce pacte."

Il serra légèrement plus sa poigne pour confirmer ses dires et le fixait, plongeant son regard emplit de conviction dans celui du jeune adolescent.

_________________Neko---Mania_______________

Merci infiniment Kachū~
Revenir en haut Aller en bas
Yuru Maho
Neko
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/07/2012

Personnage
Race: Neko
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Ven 27 Juil - 23:40

Yuru écouta le jeune homme qui lui disait qu'il voulait tout apprendre sur le monde des nekos et de retrouver les proches de sa mère qui elle était une neko. Mais le monde des nekos était vaste, autant que le monde des humains et de plus, Yuyu se demandait s'il pouvait emmener un humain au monde des nekos. Yuru ne voulait pas devenir un criminel pour avoir emmené un humain là-bas, donc il devait trouver comment le faire passer déjà le portail puis le rendre invisible aux yeux des autres nekos, ou juste prendre des photos puis les lui montrer ensuite. Bref ce n'était pas ce qui le préoccupait principalement, le jeune humain lui prit la main que Yuru lui avait tendu il y a quelques minutes. Lorsqu'il lui prit la main et qu'il commença à augmenter l'intensité de la poignée, Yuru fit intrusion dans sa tête et commença à diriger ses pensées.

Plongeant l'humain dans un coma artificiel, Yuru commença à créer un monde virtuel dans la tête du jeune homme. À l'extérieur, on pouvait voir l'humain, assit le dos courbé avec la tête pendante, ses cheveux lui recouvrait les yeux qui étaient encore grands ouverts.

Et à l'intérieur de l'humain, on avait vu sur un nouveau monde, celui d'un jeu vidéo, on voyait des rochers très bien réalisé, le graphisme était plus qu'excellent, on pouvait apercevoir une grande plaine verte, où des centaines de fleurs jonçaient le sol et quelques arbustes aussi. On apercevait au loin un château dans la brume se situant au Nord laissant une odeur alléchante parvenir à ses narines, une immense montagne dépourvue de neige vers l'Est, un immense lac à l'eau noire et vaseuse au Sud et une forêt dense ne laissant passer que très peu de lumière à l'Ouest.

L'humain se trouvait debout au milieu de cette plaine, les yeux un peu grand ouvert stupéfier par ce qui venait de se passer. Il n'avait pas l'air de comprendre ce qui venait de se passer, bien qu'il devait faire la liaison entre Yuru et ce monde. Il tourna sur lui-même pour regarder ce qui l'entourait, il n'y avait rien à part le vide, Yuru n'était pas avec lui, il était au commande du jeu vidéo pendant que l'humain était dans le jeu vidéo. Cependant, Yuru ne contrôlait que le paysage et les divers problèmes qui pouvaient y avoir. Après que l'humain est le temps de faire un petit résumer de ce qui s'était passé, la voix de Yuru résonna comme les hauts-parleurs dans un match de football :

« Hey Garry ! Oui je sais comment tu t'appelles, je suis allé regarder ce qui avait dans tes bases de données au niveau de ton cerveaux. Mais je crois qu'il est temps pour moi de me présenter, je m'appelle Yuru Maho, mais tu peux Yuyu si tu le souhaites. On me connait aussi sous le pseudo de ''Pixel'' dans le monde des nekos ou des darks regis mais bon pas très important.

Laisse-moi te faire un résumer de la situation, tu te trouves dans mon monde, euh ... on est dans ta tête mais c'est moi qui dirige tout ça, tu es dans un jeu vidéo si tu veux. Et tu vas devoir passer quatre épreuves. J'espère que tu es doués autant intellectuellement que physiquement, car si tu échoues, ton esprit risquerait dans prendre un sacré coup. Mais s'en plus tarder commençons la partie ! Si tu regardes à tes pieds tu trouveras un sac contenant une carte, une boussole, des vêtements chauds, un livre et un crayon si tu as besoin de prendre des notes, une barre de chocolat qui est comme une vie supplémentaire, une lampe torche et un sifflet un peu spécial, mais tu devras l'utiliser quatre fois, à toi de savoir quand l'utiliser.

Tu trouveras aussi une montre à ton poignet, si tu tournes le cadrant tu pourras avoir un pistolet avec munition à volonté, un sabre et un équipement de plongé avec harpons.

1er épreuve : ''Ton ventre mourra de faim, mais tu ne devras rien manger sinon les colères de la demeure s'abattront sur toi avant que tu ne puisses trouver la plume de la sagesse dans la forêt du savoir et bien sûr, les pavés du savoir doivent rester clos sinon tu finiras condamné par le savoir. ''

Bonne chance Garry ! Tu as une heure pour finir cette épreuve. Si tu veux regarder le temps qui te reste, regarde ta montre .... J'ai failli oublier, si tu réussis toutes les épreuves, alors je t'aiderais pour ton histoire familiale, mais si tu échoues, ton esprit ne subira pas qu'un traumatisme, mais tu oublieras aussi tout ce que tu sais sur moi et sur les nekos, tu te réveilleras sur un banc sans savoir pourquoi. C'est le seul moyen pour que notre pacte soit complet et hors de question que tu me laisses une marque. »


Yuru assit dans son fauteuil regardant Garry agir se demandait quand il allait utiliser le fameux sifflé qui lui servirait à faire appel à Yuru pour qu'il l'aide à une chose. À savoir quand il décidera de souffler dedans pour en savoir l'utilité. Yuru bien qu'étant le ''maître'' de ce lieu, il était n'allait pas faire en sorte que Garry trouve la solution aussi facilement, il était en sa possibilité de changer des trucs ou d'en faire apparaître d'autre, ce qui rendait le jeu bien plus amusant et divertissant pour lui, mais un peu plus compliquer pour Garry.

La première épreuve de Garry étant de se rendre au château se trouvant au Nord. Ce château laissait une odeur exquise se dégager et on pouvait la sentir à plusieurs centaines de mètres du château, car à l'intérieur, un immense buffet y régnait, les plats étant plus beaux et succulents les uns que les autres laissant la bave couler aux lèvres de son qui le voient, de plus lorsque quelqu'un pose fait plus de deux pas dans cette maison, son ventre se vide immédiatement laissant ce dernier affamé et rendant la tentation encore plus dur. De plus dans chaque pièce on y trouve plusieurs plats encore plus alléchants, le but de cette épreuve étant d'avoir un contrôle de soit, de résister à la tentation et surtout de raisonnement, car une fois dans ce château de la tentation, il devra se rendre à la bibliothèque qui est nommée ici ''la forêt du savoir'' et y prendre une plume à la couleur d'or se trouvant au coeur de la bibliothèque, en effet, la bibliothèque était un labyrinthe avec tous les livres des mondes sur tous les sujets même sur toutes les personnes des mondes. Même les secrets sur sa mère y résidaient, seulement, si un seul des mots résident dans ces livres était lu, le livre deviendrait blanc et Garry ne pourrait sortir de la bibliothèque lui faisant échoué l'épreuve. Alors, comment Garry allait-il réussir cette première épreuve ?
Revenir en haut Aller en bas
Kurai

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 19/05/2012

Personnage
Race: Dark Regis
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Sam 28 Juil - 9:12

Comme à mon habitude, je faisait une ronde un peu partout dans la ville
durant la nuit pour éviter que des darks régis ne s'en prennent à des
nekos sans que ceux-ci ne puissent ce défendre.

Après avoir fait un grand tour de la ville durant la nuit à regarder
dans tous les endroit les plus sombre que les darks régis à la recherche
de nekos ou d'humains facile à tromper je vis le jour se lever et
décida de me rendre dans la plaine de jeux pour pouvoir me reposer un
peu avant de me rendre au café m'occuper des plantes mais aussi pour une
dernière petite ronde.

Arrivé dans le parc, je tournait un peu partout et au moment où je voulu
m'assoir sur un banc pour me reposer un peu, j'entendis un bruit
ressemblant à un coup de feu résonner. Dans le doute, je me leva et alla
vers l'endroit d'où venais le bruit qui était facilement repérable bien
qu'a bonne distance grâce aux oiseaux qui avaient pris peur.

Arrivé à proximité, je sentit la présence d'un neko et commença à me
demander si celui-ci faisait partit de ceux qui en veulent à la vie des
autres de leur espèces mais aussi à celle des darks régis pour la plus
grandes part. Ne voulant pas me battre inutilement, je ralenti la
cadence et m’approchais plus lentement de sorte à ne pas que l'on
m'entende et je me cachait aussi derrière les arbres pour ne pas me
faire repérer.

J'entendis des voix qui me firent m'arrêter et en jetant un vif regard,
je vis un humain recouvert de paillettes et le neko dont j'avais sentit
la présence un peu avant. Les deux individu dialoguai mais à cette
distance je ne pouvais les entendre et cela importait peu car de toute
façon si j'étais présent ici c'était pour m'assurer que ce neko n'était
pas un des rebelles qui faisaient parler d'eux. Tout à coup, l'humain
arrêta de bouger comme si il était dans une sorte de coma. Je
n'intervint pas car si il s'agissait du début d'un pacte cela aurait été
inutile de ma part et comme je n'avait jamais fait de pacte ni vu qui
que ce soit en faire, je ne savais pas comment celui-ci devais ce
passer. Dans le cas présent les deux individu semblait être en transe ce
qui, dans cette endroit, était assez dangereux du fait que même à cette
heure ci mes congénères étaient encore à la recherche d'individu sans
défense et puisque c'est deux là ne bouge plus d'un pouce ils pourraient
faire des cible parfaite.
Je restait donc plus longtemps histoire de voir comment allait tourner les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Garry Ib
Humain
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes plus beaux rêve~

Personnage
Race: Humain
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Sam 28 Juil - 13:20

A peine lui avait il serrer le poing qu'un flash aveuglant surprit Garry. Le jeune neko avait à peine eu le temps de repousser l'humain pour que ce dernier s'affaisse mollement sur un bac avant d'entrer dans son subconscient. Nulle douleur ne perça le corps du jeune adulte, son dos s'était courbé après avoir heurté le bois blanc cassé du banc, ses cheveux retombaient en cascade sur son visage, cachant son regard vide de toute émotion. Il ressemblait à une marionnette abandonnée avec ses bras ballottant au gré du vent ou de spasmes musculaires incontrôlables et ses jambes pendantes, instables, accrochées au sol.

Plusieurs interminables secondes s'écoulèrent avant qu'il ne rouvre difficilement les yeux. Il était incapable de dire où il était, et surtout comment il était arrivé ici, il avait même du mal à identifier la réalité de ce monde, s'il était encore sur terre, ou bien dans le monde des neko, ou encore dans un rêve ? Autour de lui personne n'était en mesure de lui répondre, il était seul. Après avoir effectué un tour sur lui même il avait pu constater que le paysage n'était pas ordinaire, il avait été façonné, calculé, créé à l'image d'un Gameur.

Ce château brumeux encadré par une épaisse forêt menaçante et un immense lac aspirant la lumière environnante dans ses eaux sombres et lugubres, cette prairie parsemée de magnifiques fleures stéréotypée semblable à une mer de jade aux éclats d'émeraude mouchetée de saphir jaune, et bien sûr une haute montagne d'été qui impressionnerait n'importe quel montagnard, même le plus expérimenté d'entre tous. Seulement contrairement aux "vrai" rêves, une odeur plus qu'alléchante planait dans la plaine et semblait provenir du très peu recommandé château médiévale.

Conclusion, le jeune homme était effectivement dans un monde onirique, il était entrain de rêver... Mais comment cela a t il bien pu se passer ? Il était dans le parc et venait d'accepter un pacte avec le jeune blondinet. Attendez... Peut être que la cause de ce changement soudain de paysage provient de la poignée de main échangée quelques instants plus tôt ? Peut être que c'est en ça que consiste le pacte ? Oui bien c'est un des pouvoirs du neko...
Quoi qu'il en soit Garry ne comprenait pas pour autant sa présence ici, et alors qu'il allait se diriger vers le château, une voix interrompit son pas et le fit sursauter. C'était la voix du neko avec qui il parlait plus tôt, elle semblait provenir de loin, filtrée par un micro ou un haut parleur :

-"Hey Garry ! Oui je sais comment tu t'appelles, je suis allé regarder ce qu'il y avait dans tes bases de données au niveau de ton cerveau. Mais je crois qu'il est temps pour moi de me présenter, je m'appelle Yuru Maho, mais tu peux m'appeler Yuyu si tu le souhaites. On me connais aussi sous le pseudonyme de ''Pixel'' dans le monde des neko ou des darks regis mais bon pas très important."

Garry avait encore du mal à assimiler tout ce qu'il se passait, d'abord ce changement brutal de monde puis une annonce venue de nul par sur le fait qu'on ai visité son cerveau, tout cela ne lui plaisait que très peu mais avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit la voix enchaîna :

-"Laisse-moi te faire un résumé de la situation, tu te trouves dans mon monde, euh ... on est dans ta tête mais c'est moi qui dirige tout ça, tu es dans un jeu vidéo si tu veux." Cette révélation laissa le jeune humain interloqué, comment cela se pouvait il ?! "Et tu vas devoir passer quatre épreuves. J'espère que tu es doué autant intellectuellement que physiquement, car si tu échoue, ton esprit risquerait dans prendre un sacré coup. Mais sans plus tarder commençons la partie ! Si tu regardes à tes pieds tu trouveras un sac contenant une carte, une boussole, des vêtements chauds, un livre et un crayon si tu as besoin de prendre des notes, une barre de chocolat qui est comme une vie supplémentaire, une lampe torche et un sifflet un peu spécial, mais tu devras l'utiliser quatre fois, à toi de savoir quand l'utiliser."

A ses pieds une multitude de chiffres et de lettres bleutés laissèrent place à ce fameux sac. Cette apparition rappela alors à Garry le pistolet qui comme par enchantement été apparut puis avait disparut sous forme de ces mêmes chiffres et/ou lettres... Un jeu vidéo... Alors comme ça il allait être un personnage de jeu de rôle ? Finalement ses intuitions n'étaient pas si mauvaises...
Sans plus attendre il attrapa le sac pour vérifier si tout y était.

-"Tu trouveras aussi une montre à ton poignet, si tu tournes le cadrant tu pourras avoir un pistolet avec munition à volonté, un sabre et un équipement de plongé avec harpons."

Cela fit rire très légèrement le principale intéressé, ça ressemblait un peu à James Bond, en un peu plus aventurier et fantastique, un mélange de Lara Croft James Bond et Indiana Jones !

-"1ère épreuve : ''Ton ventre mourra de faim, mais tu ne devras rien manger sinon les colères de la demeure s'abattront sur toi avant que tu ne puisses trouver la plume de la sagesse dans la forêt du savoir et bien sûr, les pavés du savoir doivent rester clos sinon tu finiras condamné par le savoir.''

Sans attendre aucune instruction ou conseil, Garry attrapa le calepin et le stylo pour y inscrire la devinette, il y réfléchirait quand le moment sera venu.

"Bonne chance Garry ! Tu as une heure pour finir cette épreuve. Si tu veux regarder le temps qui te reste, regarde ta montre .... J'ai failli oublier, si tu réussis toutes les épreuves, alors je t'aiderais pour ton histoire familiale, mais si tu échoues, ton esprit ne subira pas qu'un traumatisme, mais tu oublieras aussi tout ce que tu sais sur moi et sur les nekos, tu te réveilleras sur un banc sans savoir pourquoi. C'est le seul moyen pour que notre pacte soit complet et hors de question que tu me laisses une marque."

Un biip sonore indiqua que la transmission était terminée,dans la hâte il avait tout de même tenté de demander quelques éclaircissements mais aucune réponse ne lui parvint, apparemment il était dorénavant seul et devrait terminer cette épreuve pour avancer.
Accroupit il se mit à réfléchir à l'énigme posée.


"Ton ventre mourra de faim, mais tu ne devras rien manger sinon les colères de la demeure s'abattront sur toi avant que tu ne puisses trouver la plume de la sagesse dans la forêt du savoir et bien sûr, les pavés du savoir doivent rester clos sinon tu finiras condamné par le savoir.''

-"Il est question d'une demeure, ce doit être le château, et cette odeur qui s'en dégage depuis le début doit être la nourriture interdite... Mais je dois aussi trouver une plume dans une forêt..."

La boussole à la main il la pointa vers le nord, c'est à dire vers le château.

-"Et la forêt se trouve plus vers l'ouest... A moins que la forêt soit considérée comme une demeure... Mais dans ce cas à quoi rimerait toute cette nourriture agréablement odorante das le château ? Mais... Attends...! Il y a quatre lieux bien distinct, et quatre épreuves... Celle-ci fait obligatoirement référence au château, donc la forêt doit être... Une bibliothèque ! Puisque c'est la forêt du savoir ! Bon, il ne reste plus qu'à y aller, trouver cette pièce et récupérer la plume."

Il se leva d'une traite et ramassa le sac pour le mettre sur ses épaules, un regard vers la montre, encore une cinquantaine de minutes, en marchant vite il y serait en moins de 10 minutes approximativement. Finalement il avait mit moins de temps que prévu, quelques minutes de gagné c'est toujours bon ! Il était maintenant face à une grande porte en chêne massive close, impossible à ouvrir, pourtant il aurait juré l'avoir vu ouverte à une quarantaines de pas d'ici... Surment une hallucination !

Après mûrs réflexions, il semblait dans un premir temps préférable de toquer à la grande porte, l'utilisation de la force brute ne servirait pas à grand chose... C'est alors que le poing fermé il frappa d'abord doucement, puis constatant que rien ne se produisait, un peu plus fort. Un grincement sourd agressa les tympans du jeune homme mais au moins la porte s'ouvrit par je ne sais quel miracle, libérant une multitudes d'odeurs toutes plus alléchantes les unes que les autres, après la longue traversée d'un tapis rouge satin, un véritable banquet s'étendait sur plusieurs mètres de long, vin rouge, blanc, gris, rosé, saké, vodka, poulets rôtis, dorades grillées, fruits parfaitement mûrs, une diversité de pâtisseries aux milles couleurs, aux milles saveurs, des plats venus de tous les pays étaient réunis sur cette magnifique table en bois d'ébène, couverte d'une nappe brodée d'or et d'argent. Des chandelles éclairaient le festin, inutilement puisque les lustres imposants produisaient suffisamment de lumière pour éclairer le plus sombre des coins.

La salive affluait dans la bouche de Garry, tous ces mets sans surveillance, préparés seulement pour lui, sans aucun autre invité, l'envie d'y goûter traversa maintes fois son esprit mais sa volonté l'en empêchait fort heureusement. Plus il s'avançait vers le coeur du château, plus son estomac criait famine, depuis son arrivée sa faim n'avait cessé d'augmenté, comme si le bâtiment vidait son ventre et aspirait l'eau de son corps pour l'inciter à manger ou boire...

-"La bibliothèque... La bibliothèque... La bibliothèque..." Garry se répétait son bute pour ne pas craquer, ce palais de la tentation lui montait à la tête et même s'il avait réussit à passer plusieurs jours sans manger puisqu'il s'était perdu dans une ville inconnue sans argent, la faim était bien trop grande et tous ces plats succulents l'appelaient et le narguaient.

Bientôt Garry arriva au bout du banquet, à partir de là un long couloir décoré de tableaux représentant son enfance, les moments forts, les moments tristes, plus de souvenirs douloureux qu'heureux, pourtant il ne pensait pas qu'il y en avait autant... Le jeune homme ne put s'empêcher une petite remarque cinglante :

-"Je ne trouve pas ça très drôle Yuru..." Mais son effet dramatique fut interrompu par les grognements de son estomac vide.

Entre chaque tableau il y avait une porte, mais Garry jugeait inutile de les ouvrir. C'est quand il vit un panonceau "c'était celle d'avant" qu'il fit demi tour et entra sans toquer. Une table garnie lui faisait face, le fameux plat mexicain que son père avait essayé de faire pour son unique fils était là, aussi mal cuisiné qu'il l'avait été dans le passé, Garry s'en approcha et saisit un des burritos à moitié enroulé, remplit de sauce épicée et de poulet cramé, avec un peu de salade fraîche et de tomates mal coupées... Depuis le temps il avait oublié le goût que ça avait, la scène ressemblait tellement à l'originale, il ne manquait que la chienne et son père... Il approcha la crêpe de ses lèvres très lentement, ouvrit la bouche, sentit cette odeur familièrement lointaine, esquissa un sourire de gaîté, mais se reprit et jeta le met au sol dans un râle singulier.

-"NON ! Je ne céderais pas ! Tu peux utiliser toutes les ruses que tu veux, je n'avalerais rien !" Encore une fois son ventre manifesta son mécontentement et brisa le sérieux de sa menace...

Il sortit de la pièce comme une furie et retira son sac de son dos, il en sortit tout le contenu, cherchant un objet quelconque capable de lui venir en aide, son regard se posa sur le sifflet, il n'en connaissait pas les propriétés.... Mais non ! Il n'avait que 4 essais, il n'allait pas les gâcher ! Puis sur la barre de chocolat... Peut être ça lui calerait l'estomac... Mais... Il n'est pas mort ! Puis ses yeux se posèrent sur la carte, elle avait changé, elle ne représentait plus les quatre zones mais l'intérieur du château, et l'aiguille de la boussole pointait vers le fond du couloir,d'après la carte il y avait un escalier... D'après Garry la carte et la boussole servaient à montrer l'emplacement de la plume, il regarda sa montre, il ne lui restait qu'une vingtaine de minutes, il rangea son barda et entama une course contre la montre, ignorant les douloureux souvenirs que reflétaient les tableaux, il grimpa les marches 4 à 4 pour arriver devant les portes à demi close de ce qui semblait être une bibliothèque. Garry se rapprocha du bois vieillit par les pixels et relu son calepin

-"Ton ventre mourra de faim, mais tu ne devras rien manger sinon les colères de la demeure s'abattront sur toi avant que tu ne puisses trouver la plume de la sagesse dans la forêt du savoir et bien sûr, les pavés du savoir doivent rester clos sinon tu finiras condamné par le savoir." Un nouveau gargouillement approuva la première phrase de l'énigme. "Ouais je pense être sur la bonne voie... Maintenant... La forêt du savoir..." Il leva les yeux et au même instant ses paroles s'inscrivirent sur la porte comme pour l'inviter à entrer.

Sans perdre plus de temps il entra, mais se figea immédiatement. La bibliothèque était immense, il parvenait cependant à lire les panneaux géants qui définissaient les catégories "Monde des Humains" - "Monde des Neko" - "Monde des Darks Regis". A première vue la boussole l'emmenait dans la section du monde des neko, mais la carte révélait que cet endroit était un vrai labyrinthe, les trois zones correspondaient à trois entrées différentes. En pénétrant dans la zone du centre, Garry s'attendait à tout sauf à découvrir une multitude de livres relatant de l'histoire de ce monde et de ses habitants, tout y était répertorié ! La curiosité lui piquait les doigts et il voulait connaitre l'histoire de ce monde, quand, comment, pourquoi il existait ! Mais la mise en garde de l'énigme le retenait. Le peu de temps qu'il restait suffisait à le presser un peu mais à la vue du nom de sa mère sur l'un des livres maculés de blanc et d'argent il s'arrêta, toutes les réponses à ses questions s'y trouvaient ! Il s'arrêta net et fixa l'espace d'un instant cet ouvrage. Lentement sa main se leva et caressa tendrement la tranche du livre avant de passer ses doigts de chaque côtés pour le saisir délicatement et le retirer d'entre ses congénères. A plat sur sa main ce livre ressemblait à un trésor perdu puis retrouvé. Dans un long soupir le jeune humain prononça le nom angélique de sa mère et reposa le livre à contre coeur, se consolant en se disant que le jeune neko avait promit de l'aider.

5 minutes avant que le temps impartit ne soit écoulé. Garry courait dans le labyrinthe, en suivant l'aiguille, mais elle changeait souvent de direction, les murs semblaient bouger car la carte changeait elle aussi constamment ! Finalement il arriva devant trois pupitres en bois vernis. Sur chacun d'eu se trouvait un livre ouvert où trois mêmes histoires s'écrivaient comme par enchantement, et une plume trempée dans l'ancre noir. Chacune d'une couleur différente. L'une était rouge. L'autre blanche, et la dernière bleu. Il fallait certainement en choisir une et une seule ! Et écrire quelque chose dans le livre... 2 minutes, seulement 2 minutes, il fallait agir vite ! Chaque mouvements, chaque pensées de Garry s'écrivaient dans les trois livres, comme s'ils racontaient son histoire, son épreuve ! Avec un peu de jugeote et d'instinct, Garry saisit la plume blanche et inscrivit "FIN" sur son livre.

Le blanc est signe de pureté, de sagesse, et de savoir...

_________________Neko---Mania_______________

Merci infiniment Kachū~
Revenir en haut Aller en bas
Yuru Maho
Neko
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/07/2012

Personnage
Race: Neko
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Sam 28 Juil - 21:44

Yuru observait les moindres geste de Garry, il savait tout de ce qu'il faisait, de ce qu'il pensait. Yuru avait fait en sorte que tous les souvenirs de Garry si trouve et qu'il cède à la tentation, mais il réussi à résister aux mille tentations. Yuru était à la fois content et un peu déçu, il aurait aimé que Garry succombe à l'un des plats histoire de lui faire vivre un cauchemar. La première épreuve venait de prendre fin, il avait trouvé la bonne plume et avait écrit le mot ''Fin'' dans le livre que Yuru lui avait confié, ce qui n'était pas vraiment la peine, juste prendre la bonne plume suffisait mais bon il n'allais pas lui enlever toute la magie qui se trouvait en ce lieu.

Donc après avoir saisi la plume, Yuru devait lui donner l'énigme de la seconde épreuve, il avait décidé que celle-ci se passerait dans la forêt, après une belle visite d'un château médiéval assez sadique au niveau de la tentation, il lui proposait une balade en forêt encore plus horrible après l'avoir félicité sous un tonnerre d'applaudissement :

« Bravo ! De justesse Garry, tu dois me trouver vraiment méchant, mais ne t'inquiète pas, tout ce que tu as vu ou senti venait de ta mémoire et de la mienne, tous ces livres étaient remplit de lignes inutiles tirée de mon imagination, donc en ouvrir un ne t'aurait rien apporté. Bah oui je ne connais pas le monde entier. Une belle illusion je sais. Mais revenons en aux choses sérieuses, donc à la deuxième épreuve ! Voilà l'énigme : '' Seul les esprits vides peuvent trouver la fleur rare, car les esprits remplis ne dure jamais longtemps face aux murmures des feuillages. Le sifflement métallique te fera tout oublier avant que la fleur rare l'annule. Attention les idiots attirent les bêtes les plus féroces.'' Voilà, tu as trois jours pour cette épreuve et si tu vas au bon endroit, sache que ni la carte ni la boussole ne t'aidera pas à trouver le bon chemin. Et je te dis à très bientôt. »


Prochaine destination la forêt, elle est plongée dans le noir absolu ou presque et ce qu'il risque d'entendre le rendra peut être fou. Cette épreuve consiste à trouver une fleur bleue au milieu de multiples fleurs rouges ce situant au coeur de la forêt, seulement pour parvenir au coeur de cette forêt il faut faire preuve de sacrifice et de folie, car seuls ceux dont la mémoire est vide pourront y accéder, car sinon les arbres n'arrêteront pas de parler vous faisant revivre les plus horribles de tous vos cauchemars, vous reprochant des choses où vous y étiez pour rien, aucun homme ne pourrait encaisser tout ce qui se fait dire là-bas. C'est pour cela que si la mémoire est vide les arbres ne parleront pas, car ils n'auront rien à dire. Mais perdre la mémoire ne se fait pas comme ça et ne vient pas à l'esprit aussi facilement, donc il devra souffler dans le siffler et faire appel à Yuru pour qu'il lui efface la mémoire, enfin il la garderait en stock dans la fleur bleue, lorsqu'il la cueillera, tout lui reviendra. Encore faudrait il qu'il arrive jusqu'à celle-ci, car lorsqu'il oubliera tout, cela fera de lui un ''idiot'' et de nombreuses bêtes le voudront comme petit déjeuner.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kurai

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 19/05/2012

Personnage
Race: Dark Regis
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Dim 29 Juil - 15:34

Après être resté cacher pendant un long moment et assez loin des deux individus, je fini par conclure qu'il n'y avait pas de danger dans les environs et que ce neko ne voulait pas de mal à l'humain en face de lui car si cela avait été le cas, celui-ci en aurait déjà fini avec lui.
Je décida alors de partir car au final je n'avait pas beaucoup de temps pour moi et de plus, je devait aller voguer à mes occupations habituelle et surtout j'avais un petit boulot et je ne voulais pas être en retard à celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Garry Ib
Humain
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes plus beaux rêve~

Personnage
Race: Humain
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Lun 30 Juil - 0:39

Tout juste le temps de ranger la plume blanche dans l'encrier que le jeune humain fut transporté de nouveau dans la clairière drapée de milliers de jonquilles. Les odeurs toutes plus exquises les unes que les autres avaient quitté ses narines et le château semblait ne plus disperser aucune fragrance. Malheureusement le ventre de Garry ne semblait pas s'être remplit et ses grondements bruyants n'avaient de cesse de déranger ce dernier dans ses réflexions. Mais pas le temps de faire un pas qu'une pluie d'applaudissements pré-enregistrée agressa ses oreilles habituées au calme d'une bibliothèque :

-"Bravo ! De justesse Garry, tu dois me trouver vraiment méchant, mais ne t'inquiète pas, tout ce que tu as vu ou senti venait de ta mémoire et de la mienne, tous ces livres étaient remplit de lignes inutiles tirée de mon imagination, donc en ouvrir un ne t'aurait rien apporté. Bah oui je ne connais pas le monde entier. Une belle illusion je sais. Mais revenons en aux choses sérieuses, donc à la deuxième épreuve ! Voilà l'énigme : '' Seul les esprits vides peuvent trouver la fleur rare, car les esprits remplis ne dure jamais longtemps face aux murmures des feuillages. Le sifflement métallique te fera tout oublier avant que la fleur rare l'annule. Attention les idiots attirent les bêtes les plus féroces.'' Voilà, tu as trois jours pour cette épreuve et si tu vas au bon endroit, sache que ni la carte ni la boussole ne t'aidera pas à trouver le bon chemin. Et je te dis à très bientôt."

Cet air sarcastique qu'il avait prit dès le premier mot de sa phrase, la faim rongeait je jeune adulte et cela ne le rendait que plus irrité, cet éternel sourire qu'il arborait chaque jours s'était estompé depuis longtemps, laissant place à une grimace de désintérêt quasi total... Il en venait même à se demander si toute cette torture en valait vraiment la peine.

Mais il n'avait pas le choix, il devait faire ses preuves pour retrouver sa famille maternelle ! Il inscrivit la nouvelle énigme dans le cahier prévu à cet effet et se posa un instant pour y réfléchir... 3 jours entier, 72H au total, c'est bien assez pour retrouver une fleure... Bien présomptueux l'humain !

Seul les esprits vides peuvent trouver la fleur rare, car les esprits remplis ne dure jamais longtemps face aux murmures des feuillages. Le sifflement métallique te fera tout oublier avant que la fleur rare l'annule. Attention les idiots attirent les bêtes les plus féroces.

-"Je ne vois pas ce que ça veut dire, il va falloir me rendre sur les lieux pour trouver des réponses. Mais avant, il me faut me remplir la panse ou je vais devenir dingue !"

Sans attendre plus longtemps il rangea le carnet et le stylo pour se diriger dans la forêt à la recherche de nourriture. Dès qu'il avait approché de la lisière de ce gigantesque amas d'arbres et de plantes sauvages, Garry avait put percevoir des sons semblables à des murmures... Rien de très rassurant en somme. Mais en prenant son courage à deux mains, il entra dans la pénombre et se laissa guider par les quelques faisceaux lumineux qui réussissaient avec peine à traverser l'épais feuillage. Très vite on ne distingua plus l'entrée et voire dans ce milieu hostile relevait du miracle. En farfouillant dans son sac il dégota la lampe de poche qu'il s'empressa d'allumer. Autour de lui la maigre lueur révélait la présence d'arbres couverts d'une mousse verdâtre et épaisse, vraisemblablement gluante et visqueuse, de lianes pendantes aussi grosse qu'un bras d'enfant et ressemblants à des serpents morts rongés par les vers. Au sol un tapis de feuilles mortes et humide, nauséabond, agressait les narines du jeune homme habitué à des odeurs plus agréables. Chaque pas était comme une note d'un piano désaccordé, désagréable et grinçante, ses semelles couinaient à cause du frottement contre l'humidité des végétaux pourris.

A ce moment il réalisa que 3 jours c'était peut être assez pour trouver une fleure, mais dans un dédale aussi imprévisible la partie risquait d'être un peu plus compliquée que prévue, et passer trois jours et 3 nuits dans cet enfer d'humidité de crasse et de silence assourdissant risquait de laisser des séquelles... Cette seconde épreuve était loin d'être une partie de plaisir...

Depuis son entrée dans la forêt, Garry entendait des sons étranges, des murmures inquiétants, il ne réussissait pas à comprendre les mots, mais accompagné d'un décor aussi lugubre, ces phrases chuchotées semblaient provenir d'esprits ou autres créatures très peu recommandables. A cette idée un frisson parcourut son échine et son ventre manifesta de nouveau son état déplorable. Garry regarda sa montre et fit tourner le cadrant pour faire apparaître le sabre d'une multitude de chiffres et de lettres bleutés qui éclairèrent l'espace d'un instant une bonne partie de la sombre forêt. Il découpa une des lianes qui pendait juste devant lui, une assez fine et résistante pour la nouer autour de son poignet et de la torche, comme ça chance de la perdre ! Puis il poursuivit son ascension à travers le bois miteux qui se dressait tout autour de lui. Au fur et a mesure qu'il s'enfonçait dans les entrailles de cet enfer végétal, les murmures s'éclaircissaient et il pouvait y déceler quelques mots très peu distinctement, quelques "ta faute..." "souviens toi..." et d'autres "elle est morte..." "il comptait sur toi....". A quoi cella rimait il ?

L'énigme parlait des murmures des feuillages, ce serait donc la forêt qui s'adresse à Garry ? Qui lui reproche toutes ces choses alors qu'il sait pertinemment qu'il est innocent ? Ce doit encore être un coup de ce satané matou... Farfouiller dans ses souvenirs et récupérer les moments de doute que le pauvre humain a vécu. Mais il continuait d'avancer, ignorant ouvertement toutes ces remarques désagréables que lui lançaient les arbres repoussants.

Il arriva finalement à trouver un fruit, jaune, rond, couvert d'épines. On ne peut pas mourir dans un rêve se rassurait il. Il le cueillit avec précaution et l'éplucha avec le sabre, l'opération était assez compliqué et il s'était planté plusieurs épines dans les mains, il y avait plusieurs fruits comme celui ci, il ne se gêna point et engloutit la totalité que le buisson pouvait offrir. Ils n'avaient pas un goût fameux, mais pas non plus horrible, et au moins son ventre était remplit...
Il entreprit de retirer les épines de sa chaires, 12 très exactement s'étaient plantées, elles étaient épaisses mais très pointus, du coup elles se plantaient facilement et se retirait avec autant de facilité. Mais il put constater pour son plus grand malheur, que chaque épine retirait amplifiait le son et la quantité des accusations. Il avait le choix entre souffrir moralement ou physiquement... Se croyant plus fort qu'il ne l'était psychologiquement, il retira la douzaine avec habilité. Dans sa tête débuta alors une danse machiavélique de phrases absurdes, de reproches cinglants, d'accusations à tort, et autres propos dégradants, comme si les pensées les plus malsaines se déversaient tel un torrent dans son esprit sain.

Tout est de ta faute...
Tu n'aurais pas du la laisser seule...
Tu es un menteur ! Sale menteur !
Ils comptaient sur toi et tu les as abandonnés...
Pourquoi as tu fuis ?
... Tu sais que tu es coupable...!
Tu l'as tué !
Tu n'as pas réussis à sauver ton père !
C'est toi qui aurais dû de casser le bras.
Tu as tué ta mère
Un voleur... Tu as accusé ton ami mais c'était toi...!
Tu n'aurais jamais dû naitre
...
Tu es une source de problème
Combien de gens as tu rendu malheureux ?
...


Son cerveau se remplissait très rapidement, trop rapidement, il ne méritait pas tous ces jugements, il était innocent ! La tête compressée dans ses mains meurtris Garry tentait en vain de se débarrasser de tous ces murmures plus qu'agaçants, ça ne cessait pas, accroupit sur le sol boueux il se courbait de douleur face aux maux qui assaillaient son crâne.

-"Arrêtez !! Ça suffit ! Je n'ai rien fais !! Laissez moi tranquille... Je vous en supplie cessez...!! Je n'ai rien fais pour mériter tout ça ! Je suis innocent... Ne me reprochez pas tout..."

Pitoyable. Voilà le seul mot qui le définissait. Il n'y avait personne autour de lui, seulement des arbres. Des feuilles. Des lianes. Il suppliait qui au juste ? Ces chuchotements incessants...? Mais d'où viennent ils? De nul part. De son esprit. Il avait lui même créé ces murmures. Les arbres n'étaient que des réceptacles. Ses doutes, ses craintes et ses remords les plus secrets refaisaient surface, il les avait enfouit au plus profond de son esprit, caché sous une tonne d'autres souvenirs plus ou moins tristes. Mais les revoilà en force, ils le hantait.

Garry reste un long moment à se lamenter sur son sort, les larmes en étaient même venu à couler, perlant sur ses joues rougis. Maintenant il rampait presque au sol, de désespoir très certainement, de honte aussi, mais surtout de folie. La raison le quittait, il s'était surestimé. Recroquevillé sur lui même il se roulait sur le tapis de feuilles boueuses en chantant une berceuse d'enfant, comme le ferait un enfant apeuré. Petit à petit il réfléchissait. Du moins il essayait.

les esprits remplis ne dure jamais longtemps face aux murmures des feuillages ça voudrait dire... Que les souvenirs remplissent mon esprit... Je dois m'en débarrasser... Au plus vite... Je veux oublier ! J'en peux plus ! Que ces arbres me fichent la paix ! Mais comment ?!
Le sifflement métallique te fera tout oublier le sifflement métallique...? C'est quoi... Le sifflet ! Si je souffle j'oublierais tout !

Sans attendre une seconde de plus il se redresse subitement et récupère le sac dans son dos et fouille pour retrouver le sifflet. Il mit plus de temps qu'il n'en fallait à cause de l'affollement mais une fois en main il souffla vivement à l'intérieur. Son son strident sembla lui percer les tympans, faisant cesser l'espace d'un instant les murmures des feuillages. Dans un éclaire pixelisé le jeune neko apparut tout sourire, vraisemblablement amusé de la situation. Il n'avait pas laissé le choix à Garry de faire appel à lui.

-"Je vais retirer tout ce qu'il y a dans ta tête, ne bouge pas."

Il s'accroupit pour être à la hauteur de l'humain et approcha sa main droite de son crâne.

A... Attend !

Il avait à peine eu le temps de le prévenir avant qu'il ne soit trop tard, il attrapa son calepin et y inscrivit le nécessaire.

Mais l'adolescent n'attendit pas comme demandé, apparemment tout n'était que jeu et plaisir pour lui. Sa main entra en contact avec le crâne de sa victime et un flash le fit perdre connaissance. A son réveil la lampe lui brûla les yeux, il donna un coup dedans mais à cause de la liane elle lui revint dessus et cogna son oeil gauche. Un filet de bave coulait encore de ses lèvres et il l'essuya d'un revers de manche.

-"Que... Où suis-je ?"

Il se releva avec difficulté, la pénombre de la forêt l'empêchait de voire aux alentours, la nuit semblait être tombée car le noir complet lui tenait compagnie. Son pied heurta quelque chose au sol, il le récupéra et lu ce qu'il y avait dedans :

Retrouve la fleur au coeur de la forêt
Il te reste 2 jours et demi
On t'as enlever tes souvenirs
Garde en mémoire que tourner le cadrant de la montre peut te sauver la vie
Tourne le vers le droite pour_____________

La fin n'y était pas, mais avec un peu de réflexion Garry réussissait à rassembler les morceaux du puzzle, même si sa mémoire n'était plus, son intelligence persistait. Nul son dans sa tête, on pourrait même entendre le chant des criquets tellement elle avait été vidée. Il frotta son oeil meurtri, dont les contours se peignaient de violet puis ramassa son barda. Il repartit dans la forêt sans vraiment savoir où il allait... Autour de lui aucun des arbres ne lui parlait plus, mais des bruits inquiétants tels que des hurlements, des grognements ou autres battements d'ailes menaçants semblaient se rapprocher de cette coquille vide qui déambulait entre les arbres.

Un phénomène étrange se produisait. Garry n'en avait pas conscience, mais la forêt le guidait, à chaque fois qu'il empruntait la mauvaise direction, elle tournait d'elle même pour lui permettre d'atteindre son coeur. La forêt aimait les abrutis, mais les bêtes aussi.... Alors qu'il écartait avec peine une liane géante de son passage, celle-ci se mit à bouger dans sa main couverte de sang a cause des épines. Cette liane était lisse, très humide, un peu gluante... Mais surtout vivante. Un serpent qui faisait dix fois la taille d'un humain normalement constitué rampait entre les branches épaisses et feuillus. C'est son sifflement strident qui mit la puce à l'oreille du jeune homme. Tout a coup une tête énorme lui fit face, une langue fourchu légèrement rosée aussi grande et épaisse que sa jambe lui chatouillait le nez, deux grand yeux globuleux le fixaient avidement. Sa gueule s'ouvrit alors, dévoilant deux grandes dents menaçantes, taillées comme deux silex blancs. Prit de panique Garry regarda sa montre, le carnet avait dit qu'elle pouvait lui sauver la vie ! Il tourna le cadrant et se retrouva déguisé en plongeur muni d'un harpon, dans la hâte il tire transperce de part en part la gueule béante du reptile qui se mit à hurler, son cri se répercuta dans toute la forêt et finit par s'estomper au bout d'une ou deux minutes. Son corps s'écrasa mollement au sol sous le regard ahurit de son assassin.

-"Comment j'ai fais ?!

Visiblement choqué par son exploit improvisé, il lâcha l'arme complice ayant servit à mettre fin aux jours de ce monstre qui disparut alors dans un nuage de chiffres et de lettres... ainsi que son arsenal de plongée.

-"Qu.. Que...?!

Décidément, il ne semblait plus rien comprendre le pauvre ! Mais réfléchir à ce qu'il se passait ne semblait pas l'enthousiasmer, comme si de rien n'était il poursuivit sa route... Il fixait sa montre en se demandant ce qu'elle pouvait bien lui réserver comme autre surprise...

Sur le chemin tout tracé, Garry avait quand même réussit à se faire divers éraflures, le long des bras, sur les joues, et ses flancs... Les branches étaient pointus et légèrement tranchante, le sol glissant et les alentours peu sûrs... Un craquement derrière lui attira son attention, il se retourna et pointa sa lampe torche en direction du bruit inquiétant. Le feuillage s'agita un moment et une chose en sortit. Ce n'était qu'un petit lapin blanc... Il voulu le caresser mais une chose bien plus imposante sortit et dévora le pauvre animal, un loup type loup garou se tenait devant lui, un lapin égorgé entre ses dents acérées, du sang dégoulinant de ses babines noires de jet... Cette vision d'horreur le fit reculer de quelques pas et il trébucha sur une racine qui apparut instantanément. La bête fit claquer sa mâchoire et le corps sans vie du lapin tomba au sol, séparé en deux parties ensanglantées. Elle avança, apparemment attirée par l'humain étalé au sol sur son derrière, en passant sa langue râpeuse sur ses lèvres couvertes de sang... Garry était sans défense face à un monstre pareil, apeuré les larmes lui montaient aux yeux, voilant sa vue et la rendant trouble. Il aperçut le lapin s'en aller de la même manière que le serpent de plus tôt, sous une pluie bites bleutés. Une once de réflexion le poussa à conclure que rien n'était réel et qu'il n'avait rien à craindre, il se leva pour faire face à la créature velue, celle ci lui asséna un coup qui le fit voler avant qu'il ne s'écrase lourdement contre un arbre, ses griffes avaient laissé une marque impressionnante sur sa joue, sa lèvre saignait et sa tête tournait. Il remit en question son jugement... Peut être risquait t il réellement sa vie ?!

Il se remit péniblement sur ses jambes flageolantes en se soutenant avec l'arbre. Son cerveau marchait au ralentit, il lui restait quelques brides de souvenirs dont celui d'un monstre ailé à la tête de loup, alors que l'image se formait dans son esprit vidé, elle se matérialisa, des ailes lui poussèrent dans le dos et ses pattes velues prirent la forme d'une queue de reptile aussi dure que de l'acier, pourquoi ses cauchemars devenaient ils réalité ?! Il ne devait plus penser à rien sinon il ne ferait pas long feu...! La bête ailée fondit sur sa proie qui avait eu tout juste le temps de faire apparaître une arme à feu, il tira instinctivement sans vraiment viser, l'hybride repoussant se stopa, constatant avec rage qu'une balle avait transpercé son abdomen, il fonça dans un râle enragé et attrapa l'humain par le cou en le plaquant contre un arbre mousseux, serrant fortement ses doigts autour du cou frêle de sa victime. Garry ne pouvait ni avaler, ni respirer, ni rien, il tentait en vain de repousser ce bras poilu mais rien n'y faisait, l'arme était au sol et elle disparut à son tour. Dans un dernier espoir il fit de nouveau tourner le cadrant, un sabre aiguisé à la main il trancha le bras de la créature hideuse qui recula dans un battement d'aile, hurlant à la mort, tenant son moignon avec son autre main. Elle jeta un regard froid à son agresseur qui entre temps avait de nouveau fait apparaître un pistolet, il tira en visant la boite crânienne qui explosa.

Il lâcha l'arme qui disparut en même temps que le cadavre et s'affaissa contre un arbre, soulagé, victorieux, mais surtout épuisé. Ses yeux se fermèrent et il s'endormit avec une rapidité surprenante, oubliant que le danger rode...

A son réveil, il était toujours en vie. Sa gorge lui faisait mal, sa joue lui brûlait, le sang coagulait sur son corps prenait une couleur inquiétante,mais il était en vie. Il se leva et reprit le chemin. Mais quelque chose le perturbait. Les arbres lui murmuraient des choses... Oui. Il lui reprochaient la mort du lapin. Ce n'était rien du tout face à ce qu'ila vécu avant de perdre la mémoire, mais son amnésie le rendait fragile... Il s'en voulait, pourtant il n'était pas vivant... si...? Mais ses yeux s'embrumaient petit à petit et il se sentait minable... La lumière du jour perçait difficilement à travers le feuillage, et à sa montre il était 16h passé, il lui restait environ un jour et demi pour terminer sa quête. Il avait marché pendant plus de 5 heures et la nuit était tombée, aucun monstre pour cette fois, mais beaucoup de murmures... Il se reposa de nouveau et se leva aux aurores pour reprendre son ascension. Son ventre criait famine de nouveau, il n'avait rien manger depuis ces fruits démoniaques... Mais il semblerait quel'épreuve touche à sa fin... Un énorme champ de fleures rouges , se dressait maintenant devant lui, illuminé de toutes parts, ce trou dans le feuillage offrait une vue ensoleillée sur ce magnifique champs rubis, des fleurs de différentes races, toutes de la même couleur, certaines n'existaient même pas sur terre... Et au centre, perchée sur un trône d'argent, gardée par deux gargouilles répugnantes, une fleur bleu d'une beauté incommensurable rayonnait.

Garry se précipita vers elle, sur et certain qu'elle était la clé de cette énigme, manquant de trébucher, mais sa précipitation réveilla les deux gargouilles ! Les deux foncèrent sur le pauvre amnésique, lui brisant une ou deux côtes, lui faisant cracher un peu de sang. Elles rigolaient, satisfaites de leur coup et rechargèrent. Il esquiva avec peine, se roulant par terre a cause de la douleur occasionnée, le pistolet à la main il brisa la pierre en milliers de morceau, mais la seconde le piétina sans remord, le poids de la pierre l'étouffait, on entendait des os se briser, un dernier coup de feu, et c'était terminé. Mourant, il ne bougeait plus. Étalé de tout son long sur un lit de fleures rouges, il fixait le ciel bleu... La fleure d'un bleu électrisant tomba de son piédestal et atterrie gracieusement dans sa main, lui ravivant tous ses souvenirs et pansant toutes ses blessures.

En rouvrant les yeux il était de nouveau dans la prairie...

_________________Neko---Mania_______________

Merci infiniment Kachū~
Revenir en haut Aller en bas
Yuru Maho
Neko
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/07/2012

Personnage
Race: Neko
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Mar 31 Juil - 13:33

Et voici que Garry avait réussi la deuxième épreuve, je n'étais pas très content de tout ça, après tout il allait trop vite, je n'avais pas le temps d'en profiter, je devais trouver un truc plus dur pour la prochaine épreuve, pas forcément éprouvant physiquement, mais plutôt moralement, j'avais assez joué avec ses souvenirs, donc la prochaine épreuve n'aura rien avec ses souvenirs, mais je devais quand même trouver un truc dur pour l'occuper un peu ... que faire que faire. Déjà j'avais envie de l'envoyer à la montagne et comme je suis sympa il ne fera pas très froid là-bas, un peu, mais pas trop. Mais que lui faire faire une fois sur place, telle était la question.

Je réfléchissais vite pour pas trop faire patienter Garry, sinon le pauvre allait bientôt péter un câble, sa tête était plus que fatiguée, il n'avait pas l'air trop content et semblait m'en vouloir, il semblait murmuré des choses dans sa barbe, mais je ne comprenais pas trop. Obligé qu'il m'insultait de sale matou de gouttière et diabolique. Mais je ne suis pas un chat de gouttière ! Je suis un pure race, mais c'est vrai que j'étais un peu diabolique sur le coup, mais qui aime bien châtie bien. Après avoir mûrement réfléchit sur la prochaine épreuve je la lui dictait après quelques félicitations :

« Bravo tu as encore réussi ! Dit le moi si c'est trop facile. Bon sans perdre de temps la prochaine épreuve. 3e épreuve : ''Dans l'attitude le plus élevé et parmi les millions que dis-je, les milliards qui en ont trois, un seul parmi eux en a quatre. Auras tu assez de chance pour le trouver''. Tu as 24h pour réussir cette épreuve. À plus. »


Voilà le chronomètre était lancé et l'épreuve aller le faire péter un câble, non pas avec des choses venant hanter ses pensées, mais plus de patiente, car trouver -le- trèfle à quatre feuilles dans un milliards de trèfles à trois feuilles cela n'allait pas le réjouir. Mais en plus de devoir trouver le trèfle à quatre feuilles au sommet de la montagne, il devra survivre pendant son escalade, car les montagnes abrites bandit, monstre en tous genres et sûrement d'autres surprises. Il est évident qu'il ne pourra pas trouver le trèfle seul, cette mission est impossible seul. Heureusement la montagne doit abriter de petits villages et avec un peu de chance les paysans l'aideront s'il les aide avant. Et au pire des cas le sifflet était là pour l'aider, je pouvais tout réaliser dans ce monde, bien sûr je ne lui dirais pas où se trouve le trèfle, mais je peux beaucoup de choses ici, sûrement bien plus qu'il ne le pense. Je peux lui tricoter une chaussette comme redonner vie à quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Garry Ib
Humain
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes plus beaux rêve~

Personnage
Race: Humain
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Ven 17 Aoû - 12:00

Un long soupir s'échappa de sa gorge nouée par l'irritation de se faire humilier par une espèce d'énergumène à deux balles, un tic nerveux agita le coin de sa lèvre supérieur, retroussant imperceptiblement la peau tendu du jeune homme. Le neko insinuait ouvertement que les épreuves qu'il confectionnait avec soin et attention étaient visiblement trop simple à son goût, mais s'était il mit ne serait ce que l'espace d'un instant a la place de son hôte ? La douleur physique subit par les assauts furieux des bêtes immondes, la souffrance intérieure provoquée par la remémoration de ses pires souvenirs les plus enfouis,... Le pauvre homme n'était plus lui même, jamais il n'avait ressentit autant d'impatience -à l'idée de quitter cet enfer numérique-, de haine -envers l'être qui le réduisait en simple pion de son jeu sadique-, et surtout de honte -d'être autant rabaissé-. D'un naturel pourtant si calme et jovial, personne ne serait en mesure de le reconnaître en cet instant... Et ce demi-chat qui prenait tant de plaisir à le voir si pitoyable... Qu'est-ce qui pouvait bien inciter le jeune Yuru à pousser à bout le malheureux Garry ? Il n'a pourtant rien fait pour mériter un châtiment aussi cruel...

Le biip sonore insistant de sa montre lui rappela que le compte a rebours avait déjà commencé, 24H pour achever la mission, d'après les consignes, il allait devoir se rendre au sommet de la montagne, au sud, et quelque chose lui disait que les vêtements chauds dans son paquetage allait grandement lui servir. Malgré l'absence de neige, les montagnes sont très souvent sujettes aux vents les plus forts, et les plus hauts sommets sont régulièrement victimes de rafales glaciales impressionnantes, du moins, c'est ce qu'il avait put entendre lors d'une conversation dont il n'était pas membre dans un bar entre deux alpinistes qui racontaient leurs soient disant exploits, aussi futiles soient ils. Après avoir inscrit, de mémoire, l'épreuve dans laquelle il allait s'engager ainsi que les quelques bribes d'idées superflues qui lui étaient venus, Garry se releva péniblement, époussetant ses vêtements sales et poussiéreux.

Un nouveau soupir s'extirpa lentement mais bruyamment de sa gorge toujours crispée, se rendre dans ces montagnes pour trouver un je ne sais quoi ne l'enthousiasmait pas le moins du monde. Surtout s'il devait compter sur la chance... Jusque là il avait essuyé, selon lui, seulement des échecs. La chance semblait l'avoir abandonné, ou même ne jamais l'avoir connu, et comment pouvait il la rencontrer dans un monde régit par un tyran ? Enfin... On ne pouvait pas appeler ça un monde, puisqu'il était le seule réel habitant, les autres n'étant que vulgaires tas de pixels animés par des programmes réfléchis et mis en œuvre par le « Maître du Jeu », qui n'était autre que le tyran de cette dimension surnaturelle, Yuru Maho.

Une fois campé sur ses membres inférieurs, sac bedonnant sur les épaules, il plaça ses mains sur ses hanches et huma l'air frais de cette paisible prairie en fermant les yeux l'espace d'un court instant. Il les rouvrit pour jauger la distance qui le séparait de son but. Il perdrait aux alentours d'une heure rien que pour se rendre au pied de l'imposante montagne, après, qui sait ce qu'il allait l'attendre là bas ? Bien qu'enfantin, il n'était pas dupe, et la présence de monstres ou autres obstacles plus ou moins effrayant en ce territoire irréfutablement hostile était indiscutable. Le jeune hybride n'allait pas rester à ne rien faire dans sa cabine de commandes, c'était beaucoup trop tentant de mettre des bâtons dans les roues de son futur pactisant -en admettant qu'il y parvienne-. Ce qui commença à mettre le doute dans l'esprit de Garry, qui avait désormais entamé la route la plus coure vers la montagne. Pourquoi le jeune neko s'acharnait il a donner autant de fil à retordre au pauvre humain qu'était Garry alors qu'il avait clairement annoncé avoir besoin de lui ? Peut être n'était ce qu'une mascarade pour pénétrer plus facilement ses défenses et s'amuser un peu, peut être avait il déjà fait beaucoup de victimes comme ça... Alors l'humain à l'aire morose n'aura été qu'une cible de plus pour un gamin qui s'ennuyait ? Jamais il ne le permettrait ! Un mélange d'orgueil, d'honneur et de dignité l'empêchait de se résoudre à n'être qu'un simple joujou, il allait prouver que Alexander Jean-Charles Alan Andrew Garry Ib ne se laissait pas faire aussi facilement !



Le poing serré il redoubla de vitesse, ses pas se firent plus espacés, son regard remplit d'une conviction sans faille et ses muscles ragaillardis par une vigeure nouvelle. La couleurs légèrement cuivrée de ses phalanges virait au rose pâle,l'idée de n'être qu'un personnage de jeux de rôle pour adolescent ne semblait guère lui plaire, il passa une bonne partie du chemin à jurer entre ses dents qu'il ne se laisserait pas manipuler de la sorte et prouverait sa débrouillardise à son bourreau.

Comme si ce dernier avait ouï de ses plaintes pseudo silencieuses, une nuée de rapaces se mit à virevolter dangereusement quelques mètres au dessus de sa tête. Sans savoir s'ils allaient attaquer ou simplement le suivre, le jeune homme invoqua tout de même le sabre qui apparut instantanément dans sa main dès qu'il eût tourné le cadrant. Il avança d'un pas légèrement moins assuré, plus sur ses gardes, il levait constamment les yeux au ciel, guettant une éventuelle attaque de ses poursuivants ailés.

-« Qu'est ce qu'il me veut encore ce satané chat de gouttière... » Lâcha t il sur un ton amère.

Mais aussitôt qu'il eu marmonné son insulte, les oiseaux de mauvaises augure se ruèrent sur lui tel l'aigle qui fond sur sa proie, à croire qu'ils n'étaient qu'une mise en garde sur la façon de traiter le semi-homme qui dirigeait les opérations.... D'un bond il se retourna pour faire face à ses assaillant, muni de son sabre qu'il pointa vers la vague de plume noires et de becs crochus. Dès qu'ils furent à bonne distance il entama une session de moulinets dans le but de les faire fuir, mais leur nombre eu raison de l'Homme et de leurs serres aiguillées lui lacérèrent la peau sur de longues bandes le long des bras sur sur la surface de ses joues. Un seul assaut. Pour son plus grand soulagement... Il se retint de cracher de nouvelles insultes, craignant tout de même le courroux du Joueur. Il aurait besoin de toutes ses forces pour gravir la paroi rocailleuse et surtout poussiéreuse qui se dressait à quelques jets de pierre de lui. Un combat inutile et certainement perdu d'avance ne lui serait d'aucune utilité, fût ce de se venger.

Reprenant son calme habituel et déchirant sa chemise en lambos pour se confectionner des bandages de fortune, il tentait de se concentrer essentiellement sur le but à atteindre, s'encombrer de rage ou de haine à l'encontre d'une personne inaccessible ne servirait strictement à rien. Aussi ravala t il sa haine et se concentra t il sur la quête. Atteindre le sommet de l'imposante montagne et récupérer celui qui en a quatre... A sa montre, une heure s'était écoulée, plus que 23h pour mener à bien cette quête ci. Aussi espérait il la réussir, sinon tous ses efforts seraient réduits à néant. Il en ira de même pour l'ultime épreuve, qui ne lui inspirait pas la moindre confiance...

Il s'engagea dans l'étroit escalier de roche aux éclats d'argent. Durant une centaine de pas, il dût faire attention à ne pas tomber, les marches étaient traîtres et l'espace entre le vide et la paroi abrupte de la montagne était infime, seule une longueur d'avant bras lui permettait de progresser dangereusement... Arrivé en haut de cet escalier, il souffla son soulagement lorsque ce dernier prenait en volume, et donc en sureté, mais son attention réduite, il marcha imprudemment sur un cailloux qui roula sous sa semelle, du haut de ses orteils jusqu'à son talon, faisant partir en avant sa jambe, le faisant basculer entièrement en arrière. Son dos heurta une marche dans bruit mat, et son corps dévala lentement, mais surement, une partie de l'escalier, la chute fut dure à freiner, mais quand sa tête menaça de faire basculer tout son corps dans le vide, ses mains s'agrippèrent aux marches lissées de l'escalier et ses oncles raclèrent bruyamment le sol de granit. Une fois stabilisé, il se redressa avec beaucoup de difficultés tellement son dos et ses hanches lui arrachaient une multitude de grimaces de douleur. Ses ongles saignaient abondamment et de la poussière brûlait ses griffures. Il remonta prudemment les marches et se promit silencieusement qu'il ne relâcherait plus son attention, fût ce au prix du soulagement. Une fois les larges marches retrouvées, il se redressa et poursuivit son ascension, méfiant.

Il arriva enfin à une plateforme de terre sèche, le seul accès qu'elle offrait semblait être une faille en forme d'éclair, et comme revenir en arrière ne l'avancerait à rien... Il pénétra dans la sombre fêlure et s'engouffra tel une ombre curieuse dans le ventre aussi sombre qu'humide de la montagne. Un courant d'air frais lui chatouillait le cou, un bruit sourd perturba son ouï et une odeur âcre le faisait grimacer. Il enfila alors une veste bien chaude puisque que la chaleur avait quitté le lieu. Petit à petit ses yeux s'habituaient à la pénombre, il osa enfin s'avancer maintenant qu'il y voyait légèrement. Toujours sur ses gardes, il tentait de repérer la suite du chemin à suivre, en analysant la caverne, il se rendit compte qu'un petit torrent la traversait, une cascade au son fort en dévoilait le commencement. Une faible lueur s'attardait au loin, Garry en conclut que ce devait être la sortie... Alors qu'il s'avançait prudemment, des petites lueurs, très faibles, apparaissaient autour de lui, la plateforme en pierre humide était large et d'ici une dizaines de mètres il traverserait un pont de pierre naturel pour rejoindre la seule sortie. Mais plus il avançait, plus les lumières se rapprochaient et gagnaient en intensité, bientôt elles dévoilèrent les faces balafrées de maraudeurs, tous plus affreux les uns que les autres. L'un avait une cicatrice en croix au niveau de l'oeil droit, un autre ne comptait que sur quatre doigts, son compère ne possédait plus qu'une oreille tandis que son voisin au grand sourire n'affichait que quelques dents jaunâtres et abîmées. Chacun se posta autour du jeune homme légèrement inquiet quant aux évènements qui allaient suivre et le fixaient avidement, exprimant la satisfaction d'avoir enfin coincé cet inopportun. Ils ressemblaient légèrement à des humains, mais leurs yeux dorés et leurs oreilles légèrement pointu les trahissaient quant à leur origine. Des elphes des montagnes. Comme dans ce jeu très apprécié par les jeunes à Tokyo !

D'un rapide tour sur lui même Garry remarqua qu'il n'y en avait que cinq... Bien que ce soit un nombre assez petit, les molosses qui ne semblaient pas lui vouloir beaucoup de bien étaient taillés comme des montagnes de granite, muscles et os en complément. Ce service cinq pièces allaient vraisemblablement le réduire en pâture aux bêtes de la forêt... Rapprochant lentement sa main gauche du poignet droit, il fit tourner le cadrant de sa montre pour faire apparaître l'arme à feu. La soudaine luminosité bleutée surprit ses attaquant qui firent un ou deux pas en arrière, méfiants. Mais sans attendre plus longtemps il se ruèrent sur leur proie de choix, brandissant des lances, des épées émoussées, des dagues empoisonnées et autres armes barbares. Sans aucun remord ni pitié le japonais déjà à bout de nerf pointa son arme sur le premier attaquant, un jeune garçon, légèrement plus âgé que le petit Yuru, à la mine blafarde et la peau sale, une crinière de feu et des yeux sanglants, maigre comme s'il n'avait pas mangé depuis des semaines. Armé d'une lance fine à la pointe dangereusement bien taillée, il se jeta tel un ogre affamé sur son gibier. Un coup retentit. Il avait visé la tête. Et la balle s'y était bien logée. Le corps sans vie du guerrier n'eût pas le temps d'heurter le sol trempé qu'il disparut dans une fumée de chiffres et de lettres.

Les autres ne prêtèrent pas la moindre attention à la mort de leur défunt camarade, aussi brusque soit elle. Les uns après les autres ils se jetèrent sur l'humain. Ce dernier tentait tant bien que mal de les repousser, mais prit de panique, ses coups étaient beaucoup moins précis, lorsque ses balles ne touchaient pas la jambe... ou le bras... ou encore une partie de l'abdomen, elle ricochait sur les pierre froide de la caverne sans faire le moindre mal à ses assaillants.

Tout a coup sa vision se troubla et son corps s'affaissa mollement sur le sol dure et humide. L'un des bandits venait de lui asséner un coup dénué de douceur au niveau de la nuque, et c'est avec une douleur sourde qu'il sombra dans les méandres du coma. A son réveil, la douleur assourdissante dans sa nuque lui fit émir un gémissement et un craquement de protestation se répercuta au niveau de ses épaules. Un cliquetis de chaînes lui fit comprendre qu'il était attaché avant même de se rendre compte que bouger les bras ou les jambes lui était difficile. Après courte analyse et reprise de sois, il remarqua qu'il était loin de la caverne ou il a été prit en embuscade... Il se trouvait dans une cage, seul, sur une estrade. Tout autour des gens s'amassaient, les mêmes yeux ambrés et oreilles en pointe que les braconniers, mais des vêtements plus civils et riches que ces derniers. En ligne une série de cages, à sa droite, une bête monstrueuse campée sur ses deux pattes arrières dévisageait les habitants du village. Son pelage mauve aux reflets verdâtres n'attirait nullement le regard, seuls les enfants le pointaient du doigt pour se moquer de lui, sur son dos une épaisse fourrure plus kaki que mauve semblait lui servir en cas de camouflage dans la verdure de la montagne et ses griffes plus grosses que pointus devaient êtres utiles pour grimper sur la roche... Pas de queue, pas d'oreilles, seulement des orifices de chaque côté de son crâne en forme de crocodile. Sa gueule était garnie de dents, comme celle des humains, quatre canines assez affûtées sinon des molaires et incisives. Pour une tête aussi menaçante et un corps aussi imposant, il ne semblait pas plus dangereux qu'un caniche... A sa gauche, une dizaine de créatures aussi mignonnes que petites, une sorte de boule de poile bleutée, rose ou encore orange, possédant deux grand yeux larmoyant. Elle se tenait sur ses quatre patte et une toute petite ficelle faisant office de queue tremblait comme une feuille. Les créatures des autres cages, il ne pouvait pas les voire, ou du moins pas très bien...

C'est alors qu'un homme, non... Un elphe répondant au nom de Brexis, chef des braconniers du village Montflurt, fit face à la foule du haut de la scène. Levant un bras pour intimer le silence à la foule excitée, il commença à présenter chacune des créatures capturées.

-« Tout d'abord bienvenue à vous ! Mon nom est Brexis, mais vous me connaissez déjà tous ! Cette semaine nous avons la joie d'avoir capturer quelques lots rares et précieux... Commençons par une présentation brève ! Ici vous pouvez voir un spécimen assez commun de Gnoknust, les célèbres singes des montagnes, agiles, obéissants, et surtout serviables ! Si tel n'est pas le cas, un bon rappel lui fera vite redevenir normal ! »

La créature nommée Gnoknust, aussi haute qu'un enfant de 5 ans, ressemblant à un singe au pelage verdoyant, ses yeux exprimaient la terreur... Il était tenu en laisse par l'homme à la forte présence, il montrait la laisse en cuir qui servirait de « rappel », ou plutôt de fouet... Le coeur de Garry se serrait. Il n'était pas dans la réalité, et tout ce qu'il se passait ne servait qu'à le ralentir, mais tout semblait si... réel ? Serrant les poings, il réalisa finalement qu'il allait lui aussi être vendu. Il lui fallait trouver une solution avant que son tour n'arrive, mais alors qu'il réfléchissait, la créature reptiliène répondant au nom de Kurtss s'avançait face à la foule, tenue elle aussi par une laisse en cuir noir. Alors que sa présentation débutait, le jeune homme remarqua qu'une petite elphe le fixait. Depuis combien de temps ? Silencieusement il lui pria de l'aider...

Comme si elle avait comprit son souhait, toutes les autres cages s'ouvrirent et la bête en profita pour s'arracher à ses liens et commencer à semer la panique, Garry put s'enfuir, mais ses fers entravaient ses mouvements. La foule avait fuit et les bandit s'acharnaient à remettre en cage les créatures évadées. Profitant du chaos orchestré par la petite fille, le jeune humain s'enfuit dans une des rues de Montflurt, bataillant pour se défaire de ses liens de fer et surtout garder l'équilibre. Une fois a l'abri derrière un tonneau, il en profita pour souffler un peu. Soudainement une silhouette se dessina juste devant ses yeux sans crier gare, retenant un hoqueter de surprise, il se rendit compte que c'était la jeune elphe... Ses cheveux d'or tombaient le long de ses épaules, sa peau couleur de sucre reflétait les quelques rayons de soleil, une expression neutre figeait les traits de son visage et ses yeux ambrés le fixait interminablement. Elle pointa du doigt les fers qui entravait ses mouvements et ces derniers tombèrent au sol dans un bruit métallique désagréable. Avant qu'il n'ai put la remercier, elle commençait déjà à s'en aller, il la fixait, intrigué. Mais elle s'arrêta à la sortie de la ruelle, se tordant le cou pour regarder de nouveau l'humain toujours assit, et finit par pointer du doigt une direction. Garry se leva enfin et se mit à suivre la petite fille sans comprendre ce qu'elle voulait. Il regarda sa montre, déjà 8heures s'étaient écoulées, il ne restait que 16 heures pour mener à bien la mission... Après une dizaine de minute de marche silencieuse, la jeune fille l'invita à entrer dans une maison de fortune où une voix douce mais inquiète les accueillis.

-« Où étais tu passée Lys ?! C'est dangereux dehors ! Si les braconniers venaient à savoir pour... Oh...?... Mais.....!! Lys ... ?! » Ses yeux s'étaient emplis d'horreur, sa main plaquée sur sa bouche, elle avait reculé de deux mètres.

-« Papa... » Couina-t-elle en s'agrippant au bras de Garry qui ne comprenait rien.

-« Qu'est ce que tu raconte ma pauvre enfant...?! Lâche cette chose immédiatement ! Ton père n'est plus, cette créature n'est même pas elphique !..... »

La petite agrippa plus fermement le bras de l'humain, elle secoua vivement la tête avec cet éternel faciès de neutralité et poursuivit :

-« Papa... Voscin... Avec moi

Les yeux de la jeune femme se voilèrent et une larme d'argent de mit à perler sur sa joue rougie, elle n'avait jamais donné tort à sa petite fille, l'inquiétude et la méfiance avait mit de côté sa compréhension, même si sa fille ne s'exprimait que par courtes phrases, elle décelait toute une histoire, et décrit donc les faits à son invité non désiré :

-« Lys vous a libéré n'est ce pas ?... Elle désire de ce fait que vous sauviez le village d'une grande menace, le Voscin. Ici tout a un prix, le prix de la liberté est élevé, vous n'avez aucun droit de refuser... Mais elle insiste pour venir avec vous. Elle s'est liée d'affection... Apparemment... Puisque... Enfin ! Prenez soin d'elle... Je vous en supplie... » Sa voix vacillante trahissait sa mélancolie, même si elle lutait pour rester droite et forte, elle craignait de laisser son trésor s'éloigner d'elle...

Avant même qu'il n'ai le temps de répondre, la jeune blondinette l'entraîna à l'extérieur. Elle se dirigeait vers l'extérieur du village, évitant avec brio les groupes de braconniers partis à sa recherche.
Cette épreuve devenait vraiment du n'importe quoi... Il devait seulement se rendre au sommet pour chercher celui qui en a quatre, pourquoi devait il maintenant tuer un je ne sais quoi et faire le baby-sister d'une gamine de onze ans ? Et aussi... Pourquoi l'appelle t elle « papa » ? Garry ne comprenait strictement rien à tout ça, tout était devenu bien trop compliqué depuis sa défaite dans la caverne, comment mener à bien une mission de 24 heures quand toute une histoire se met en place sans son consentement ??

Depuis qu'ils avaient quittés la maison, la petite était toujours accrochée à son soit disant père, elle le guidait à travers les feuillages épais et les roches branlantes. Assez rapidement la jeune fille pointa du doigt à travers une toute petite forêt. On apercevait une entrée lugubre et une odeur nauséabonde de chaire brulée, de sang séché et d'excréments flottait dans l'air montagneux.

-« Le Voscin.... papa » Chuchota t elle en montrant l'entrée de la grotte mal odorante.

Apparemment ce devait être une bête affreuse, pourvue de crocs et de griffes acérées, sans la moindre pitié, certainement hideuse, friande de chaire et de sang...

-« Attends... Lys c'est ça ? Pourquoi c'est à moi de le tuer ? Je suppose que beaucoup on essayés, pourquoi moi je réussirais ?... »

Aucune réponse, seulement un regard insistant au milieux de cette face complètement neutre. Garry soupira et confirma qu'il allait le faire... Contre toute attente la jeune fille se jeta à son cou en esquissant un léger, TRES léger sourire et serra ses frêles bras autour de son cou en murmurant presque de façon inaudible « papa... ». Le jeune homme haussa les sourcils, littéralement sous le choc, et finit par l'enlacer de façon maladroite. Mais son regard se posa sur sa montre, le temps s'écoulait et il lui fallait impérativement terminer sa quête ! Il desserra son étreinte aussi rapidement qu'elle avait commencé et confia son sac à la jeune fille après y avoir récupérer le sifflet et la lampe de torche.

-« Je te le confie, fais y attention ! »

Sur ces belles paroles il entra précipitamment dans la caverne, allumant la lampe pour éclairer son chemin. L'odeur y était infecte, mais plus il s'avançait, plus elle diminuait... Étrange. Plus il avançait dans la galerie, plus elle semblait sculptée... Étrange. Bientôt il arriva dans une sorte de couloir qui donnait sur plusieurs salles, au bout, une lumière annonçait la présence de quelqu'un, ou quelque chose, valait il mieux être prudent ! Il s'avança discrètement et regarda à l'intérieur, c'était vide, personne. Des piles de livres sur une table, des étagères remplis de bibelots, une sorte de grand chaudron trônait au milieu de la grande pièce, c'était très cliché de l'antre d'une sorcière.

Alors qu'il avait mit sa méfiance de côté et avait commencé à fouiller au milieux de tous les livres et autres artefacts de la pièce, des bruits de pas annoncèrent la présence de quelqu'un d'autre en ce lieu. Dès qu'il se retourna, Garry aperçut la petite fille aux cheveux de miel, tenant son sac fermement sur son ventre.

-« Qu'est ce que tu fais là ?? Je t'ai dis de rester dehors ! »

C'est alors qu'une autre personne entra et enlaça avec délicatesse la petite fillette qui ne broncha nullement, calant ses bras sous son cou. Le jeune humain écarquilla de grand yeux choqués, l'individu était son portrait craché ! A la seule différence des oreilles pointus et des yeux aux couleurs des rayons de soleils... La même chevelure mauve ondulée, la même prestance, la même expression joviale et souriante comme il avait l'habitude d'être, le même corps fin et légèrement musclé,...

[color=olive]-« papa... » Annonça t elle sur un ton mélancolique et joyeux à la fois, affichant enfin un léger sourire, brisant sa coque de neutralité.

Garry comprenait enfin pourquoi elle l'appelait ainsi... Son père n'était pas mort, il avait certainement dût réussir à vaincre le Voscin mais dans un dernier espoir de survit, il a du prendre possession du corps du pauvre homme... et, pour une raison encore inconnue, ils se ressemblaient comme deux gouttes d'eau. Mais pourquoi était il une menace pour le village ?...

-« Merci de m'avoir ramené ma fille... Je vais maintenant pouvoir achever ma transformation ! » Son sourire sadique dévoila une rangée de dents beaucoup trop aiguisées, même pour un elphe de sa trempe, il n'était certainement plus lui même et ses paroles n'inspirait rien de bon.

Comme alarmé par cette vision, le jeune humain dégaina son arme à feu et la pointa sur l'ennemi en lui ordonnant de lâcher la petite. Son rire strident agressait ses oreilles mais la jeune fille ne semblait guère troublée par les évènements, elle ne bougeait pas et gardait son air mélancolique sans piper mot.

-« Comme ça tu te crois capable de m'arrêter ? Amusant... Personne n'a jamais réussit tenir face au grand et puissant Voscin...! » Il s'accroupit et fit tourner sa fille sur elle même pour qu'elle lui fasse face. « Attends moi sagement ma chérie, je m'occuperais de toi juste après... »

Sur ces belles paroles, il la fit se diriger vers un canapé sur sa droite, d'ici elle assisterait à toute la scène. Il se retournera enfin pour faire face à son sosie. Le bras toujours tendu, les yeux pétillants de rage contenue et le doigt sur la gâchette, Garry se tenait prêt pour la mise à mort. D'un pas décisif le soit disant monstre commença à s'avancer, l'humain le fixait toujours de la même manière et se campa sur ses deux jambes pour verrouiller sa position, visant son front.
Un moment s'écoula avant que l'un d'eux ne brise cet instant de silence:

-« Tu as l'air déterminé... Ça change des autres guss qui venaient me défier ! » Il fit mine d'approcher.

-« N'approche pas ! Sinon je tire ! »

Un sourire dévoilant ses dents de carnassier aux lèvres, l'elphe corrompu s'avança, d'un pas, puis d'un autre, avec une grâce presque exagérée. Les dents serrées, Garry se demandait pourquoi il l'incitait à mettre fin à sa misérable existence... L'hésitation l'avait gagné, mais avant qu'il n'ai le temps de dire ouf, son doigt se crispa sur la gâchette et le coup retentit. L'homme tout de noir vêtu s'arrêta net, penchant la tête sur le côté alors qu'un filet de sang, très fin, s'écoulait de son front jusqu'à l'arrête de son nez légèrement relevé.

-« Hihihi.... Ça chatouille ! »

Petit à petit le trou se résorba pour ne laisser que le filet de sang encore frais sur sa face méprisante. Littéralement sous le choc, Garry lâcha son arme qui disparut instantanément dans une nuée de chiffres bleu. Ses yeux grand ouverts, il fixait avec horreur et désemparement l'individu vraisemblablement invincible. Ce dernier s'avança encore et arbora une expression beaucoup plus sérieuse :

-« Bon. Fini de jouer maintenant. Tu es une entrave à mes plans. » D'un geste vif du poignet il envoya valser son invité qui se retrouva projeté contre la bibliothèque. En retombant durement sur le sol, une cascade d'ouvrages poussiéreux se déversa sur son corps meurtri. « Si je ne bois pas le sang de ma descendance, je resterais à jamais coincé dans ce corps putride et sans valeur, et je ne le tolèrerais pas. Après avoir passé plus de 10 ans à chercher comment obtenir une enveloppe charnelle bien plus attrayante, voilà que ma solution sonne à ma porte et se jette dans mes bras sans la moindre peur ! Moi qui ignorais totalement son existence... La pauvre enfant. »

La petite blonde ne bronchait pas, gardant le sac fermement entre ses bras crispés, elle fixait sans réelle émotion le combat qui se déroulait sous ses yeux d'enfant innocent. Le jeune homme se releva avec beaucoup de difficulté, il ne soupçonnait pas que son adversaire possédait autant de force.... Mais il devait gagner, pas seulement pour pouvoir passer à autre chose -sa quête à lui-, mais aussi parce que semblant de rien, il commençait à avoir de l'affection pour la petite Lys... Une fois sur ses deux membres arrières, Garry chancela, reprendre son équilibre n'était pas aussi simple qu'il l'aurait espéré... S'aidant de la bibliothèque derrière lui pour se maintenir droit, il releva la tête vers l'immondice qui se riait de lui.

-« Oooh toujours debout ? Tu es plus robuste que ce à quoi je m'attendais... On va y remédier ! »

Avant que le principale concerné n'ai le temps de balancer une de ses phrases venimeuse, un nouveau coup de vent violent le fit traverser la pièce, le faisant heurter une table en chêne épaisse avec fracas. Un cris de douleur se répercuta dans toute la grande pièce, faisant enfin réagir la petite créature phéérique assise non loin.

-« Papa ? »

Elle s'était seulement redressée, mais toujours aucune émotion ne s'affichait sur son visage pâle, ni inquiétude, ni angoisse, ni rien de tout ce qu'elle pourrait -ou devrait- ressentir n'apparaissait.
Un rire discret mais triomphant s'échappait des lèvres charnues de la créature des ténèbres, mais de nouveau le jeune humain déjà bien amoché se releva péniblement, essuyant un épais filet de sang qui coulait depuis sa bouche. Il fit tourner le cadrant de sa montre pour faire apparaître l'épée, sans même prêter attention au temps qu'il lui restait. Dans un cri de guerre mêlé à de la rage, Garry s'élança à travers la pièce dans l'idée de le tailler en pièce. Mais chaque coup qu'il lui assénait, il les paraît avec la seule force de ses bras, son éternel sourire de satisfaction commençait à réellement faire chauffer le sang du jeune humain... Ses coups devenaient de plus en plus forts, mais cela ne servait à rien...

Son esprit se dirigea l'espace d'une seconde vers la petite elphe, mais cette seconde d'inattention lui coûta plus qu'il n'aurait put l'imaginer. Son corps traversa de nouveau la salle pour aller s'échouer sur un tapis rêche, brûlant les moindres parcelles de sa peau nue. Sa nuque était en sang, ses mains couvertes de cloques rougeâtres, le bas de son dos était rouge vif et le faisait atrocement souffrir... De nouveau des gémissements de douleur parvinrent aux oreilles des autres personnes présentes... Dans un dernier espoir, le blessé attrapa ce qui pendait depuis un moment à son cou, il souffla avec difficulté dans l'objet métallique, et dans la seconde qui suivit, Yuru apparut.

-« Donne moi de quoi lui régler son compte... »

Sans attendre, le jeune neko fit apparaître une dague aux reflets d'or et disparut dans un murmure rassurant :

-« Vise son coeur... »

Avec cet ultime espoir de victoire, Garry se redressa. Son corps frémissait de douleur à chaque mouvements, des craquements de protestation s'échappait de son dos ensanglanté, et d'une main tremblante il brandit son arme. C'est sous les yeux ébahis du mage noir que l'humain se rua sur lui une dernière fois. La lame se planta comme un couteau dans du beurre au niveau de sa poitrine, et l'hôte le fixait avec de grand yeux désespérés. Son poignet pivota sans remords, trouant grandement l'abdomen de son adversaire, un peu de sang chaud gicla sur sa veste abîmée et ses joues rougies par l'effort et la douleur. Il était satisfait, enfin il avait réussit à se débarrasser de Voscin ! Enfin il avait sauvé sa petite protégée...

Mais très vite des mains chaudes se posèrent sur les sienne et un sourire sadique s'étira sur les lèvres rosées du malin. Ses doigts se crispèrent sur la main qui tenait la dague et le forcèrent à enfoncer plus fort. Garry ne comprenait pas, comment se fait il qu'il soit si content ?! Et pourquoi enfoncerait il plus profondément une dague dans son coeur ?!! La douleur le ferait il jubiler ??!

L'humain recula vivement tel que son corps le lui permettait, arrachant à sa poitrine la lame ensanglantée.

-« Perdu... »

Affichant de nouveau son sourire carnassier il tendit rapidement sa main et saisit le cou de son sosie, levant son corps de manière à ce qu'il ne touche plus le sol. Alors c'est comme ça... Finalement il ne pourrait pas sauver la fille, ni le village, et encore moins lui même... La différence entre réalité et fiction était très peu flagrante ici. Dans son esprit...

Saleté de Yuru... Tu m'as mentis...

-« Papa... »

Elle resserra le sac sur son ventre et afficha enfin une mine triste, apparemment la mort imminente de l'humain semblait l'affecter plus qu'il ne l'aurait crut... Mais le geste qu'elle faisait lui fit tilt dans son esprit, et si son coeur n'était pas dans sa poitrine ?? Alors que ses forces l'abandonnaient, il tenta une dernière fois de se sauver de cette situation déjà perdu. Il enfonça la dague aussi profondément que ses dernières forces le lui permettaient dans son estomac, un hurlement s'échappa de la gorge de son bourreau et ce dernier le lâcha instantanément. Tombant à genoux, le regard terrifié en fixant la dague planté dans...son coeur. Le corps du mage mit un moment avant de disparaître, mais Garry patienta le temps que la lumière bleu ai terminé de le consumer, il voulait que tout soit terminé une bonne fois pour toute...!

Une fois garant de la mort du Voscin, il se dirigea vers le canapé bordeaux pour remercier la petite. Il lui attrapa tendrement la main

-« Aller viens, on doit encore aller au sommet... Enfin... Si tu veux m'accompagner... »

Sans autre réponse qu'un simple hochement de tête, Lys prit la tête, tenant toujours la main de son « père ». A sa montre, il ne restait plus que 6 heures, 18 heures s'étaient écoulées entre le départ de la prairie, la montée de la montagne, la capture dans la grotte, la libération de sa cage de fer et la mort du Voscin. Son corps hurlait sa douleur à chaque pas et ses jambes menaçaient de faiblir sous son poids, mais il ne devait pas céder aux caprices de celui-ci, il lui restait encore à gravir le peu de chemin qu'il restait pour terminer sa quête !

Alors que la grotte du Voscin n'était plus qu'un lointain souvenir, Lys et son tuteurs s'avançaient vers le sommet. Seulement, un bruit capta leur attention... Un buisson se mit à frémir sur leur droite. Garry fronça les sourcils et fit apparaître son épée pour se mettre en position de défense devant la petite elphe. C'est alors qu'une petite boule de poils turquoise apparut, suivit de trois autre plus petites, bleu, verte, et une autre turquoise. C'était très certainement une mère et ses petits,le tableau touchant arracha un sourire chaleureux à l'humain qui baissa alors sa garde. Il voulut se pencher pour caresser les petites bêtes adorables mais dès que sa main s'approcha du quatuor, le corps de la mère se mit à gonfler et ses babines se retroussèrent, laissant apparaître des dents affûtées comme des lames de rasoir, ses pattes détractèrent des griffes acérées et sa queue fouettait l'air de façon menaçante. Il comprit alors que ce qu'il venait de faire était qualifié de « grosse bêtise ». Il venait de mettre à nouveau sa vie et celle de sa fille factice en danger... Les petits se blottirent les uns contre les autres, apeurés, seul le plus téméraire d'entre eux tentait de copier sur sa mère mais le résultat était bien moins effrayant.

Même s'ils étaient un danger, Garry ne pouvait se résoudre à les abattre. Il joua donc la carte prudence et se recula, emportant la petite elphe avec lui, faisant continuellement face aux créatures au poil hérissé. Une fois à bonne distance, il s'accorda un instant de repos. Il avait évité une nouvelle bataille harassante et il en était fier.... Mais de nouveau une apparition le fit sursauter, un Kurtss aux grands aires venait de débouler de nul part ! Il semblait paniqué, ses yeux pétillaient de crainte et son pelage frémissait fortement. Comme un chien apeuré il vint se mettre en boule derrière Garry qui haussa un sourcil d'incompréhension. Pourquoi une bête aussi imposante aurait elle besoin de sa protection ?... Mais la réponse ne tarda pas à apparaître à son tour, un trio de briguant aux grands aires armés de filets et de sabres émoussés déboula de derrière un arbuste.

-« Il est là ! »
-« Eh mais attends, ce serait pas un des lots qui s'est échappé ce matin ?? »
-« Hey mais si ! Faut le chopper aussi !! »


Et c'est alors qu'ils se jetèrent sur le pauvre humain. D'un coup bien placé d'épée il repoussa un filet et fit un roulé sur le côté pour esquiver un coup de sabre, la créature qui s'était caché sursauta et se redressa, faisant reculer les trois hommes. Elle fixa un moment l'humain en gémissant de façon étrange, elle faisait le même son qu'une baleine... Et finit par se jeter sur les elphes attirés par l'appât du gain. La bête et l'homme unirent leurs forces pour terrasser le trio de bandit dont un rescapé s'enfuit.

-« Merci... euh... »

-« Merci à vous... Je m'appelle Juntu. En guise de remerciement, laissez moi vous accompagnez, je serais d'un grand secourt. »

Garry sursauta, d'où venait cette voix?? C'était l'immense créature qui venait de communiquer avec lui ??

-« Tu as entendus Lys ?? »

Pour unique réponse elle tapota lentement sa tempe avec son doigt. L'humain fronça les sourcils, de quel droit le traitait elle de taré ?...

-« Elle ne peut pas entendre, puisque je m'adresse à vous par télépathie... »

Le jeune homme fixa un moment la bête qui faisait 3 têtes de plus que lui en fronçant les sourcils et finit par répondre, soupçonneux.

-« Et bien... Nous nous rendons au sommet de la montagne... »

Avant qu'il n'ai le temps de répondre, la voix dans sa tête poursuivit avec un ton assez satisfait.

-« Parfait ! Je connais un raccourcis où personne ne nous suivra... »

Sur ces belles paroles il fit signe à ses compagnons de le suivre, il s'arrêta devant la façade pentue de la montagne et pointa le sommet du doigt. Sans attendre une quelconque réponse, il fit grimper sur son dos les deux jeunes gens grandement surpris et débuta son ascension avec une rapidité fulgurante ! Ils arrivèrent au sommet plus ou moins rapidement et c'est avec désespoir que Garry comprit le sens de sa quête...

Des trèfles...

Il s'agenouilla devant cet immense champs vert, il ne lui restait que 4h30 pour trouver l'unique trèfle à quatre feuille, comment pouvait il espérer y parvenir ?! La tête baissée, il frappa le sol fertile de son poing, ce qu'il avait fait jusqu'à maintenant n'aura donc servit à rien ?!
Le regard fuyant et l'air peunaud, le Kurtss envoya une dernière pensée à son nouvel ami :

-« Les miens m'attendent. Encore merci... Au revoir. »

Son interlocuteur ne prit même pas la peine de répondre, trop bouleversé par l'idée qu'il avait échoué... La jeune fillette se rapprocha de lui et s'accroupit face à son faux père, caressant tendrement sa joue pour essuyer une larme qui venait d'y tracer un léger sillon.

-« Papa... Avec Lys »

Comme toujours ses phrases étaient courtes et absolument pas explicite. Mais l'expression compatissante et rassurante qu'elle affichait pour la toute première fois réchauffa le coeur de Garry qui enfin accepta de la regarder dans les yeux. Il se reprit enfin et caressa doucement le crâne de la petite elphe avant de se redresser.

-« Tu as raison, tout n'est pas perdu... Cherchons ensemble ce trèfle à 5 feuilles ! »

A quatre pattes il se mit à examiner le champs à la recherche de celui qui en a quatre, il jetait par moment des regard emplit de tendresse à la blondinette qui lui permettait de continuer. L'aiguille tournait et le temps s'écoulait à une vitesse affolante, alors qu'il voulut proposer à la jeune Lys un instant de repos, il se rendit compte qu'il était seul.

L'étincelle d'espoir qu'elle avait fait naître en son fort intérieur venait de s'éteindre en l'espace d'une fraction de seconde.

Il se laissa tomber en arrière et commença à ruminer en fixant tristement le ciel... Depuis combien de temps avait elle disparut ? Où était elle maintenant ? Était ce Yuru qui l'avait supprimé, jugeant inutile de la garder ? Ou bien était elle partie de son plein gré ?... Il ramena son poignet à hauteur de ses yeux.

Plus qu'une heure...

Il finit par se redresser avec difficulté. Tout n'était pas encore perdu...Peut être. Il se remit à chercher. Seul. Mais très vite cette solitude et cette colère de ne pas le trouver finirent par lui monter à la tête. Criant son désespoir il finit par arracher nombre de trèfle, ne faisant même pas attention si celui qui en a quatre se trouvait dans ces poignées...

Alors qu'il déversait sa colère dans cette plaine vide, une petite main tapota timidement son épaule.

-« Lys ?! Où... Où étais tu passée ?? Que..... » Son regard se posa sur la foule derrière elle. « Tu es allée les chercher... pour m'aider...? Oh Lys! Merci infiniment ! Mais il ne nous reste plus beaucoup de temps...! »

Sans plus attendre le village entier -ou presque- se mit à chercher le trèfle à quatre feuille. La phrase que lui avait sortit la mère de la jeune elphe apparut alors dans l'esprit de Garry.

Ici tout a un prix, le prix de la liberté est élevé, vous n'avez aucun droit de refuser...

Il venait de libérer le village du Voscin. Cela signifiait donc que le village entier lui était redevable... Et Lys y avait pensé, elle était allé prévenir les siens que le Voscin n'était plus, et que son « père » les avaient tous sauvés.

Oh Lys...

Mais le temps passait et personne ne le trouvait... Plus qu'une vingtaine de minutes et toujours pas de trèfle unique...! Peut être n'y en avait il pas finalement ?.... Les doutes de Garry revenait en force... Après tout, peut être que le jeune neko l'avait jugé non apte à lui venir en aide ? Aussi essayait il de lui faire perdre l'épreuve... Ou bien tout n'était qu'un jeu et il en avait marre...

Alors qu'il se perdait dans sa confusion, la petite aux cheveux d'or s'approcha de lui, les mains dans le dos, tout sourire. Il fronça les sourcils, elle lui cachait quelque chose. Jamais elle n'avait sourit de cette manière. Alors qu'elle tendit les bras devant elle, elle lui intima de choisir quelle mains ouvrir. Un sourcil toujours haussé, il se mit à réfléchir et finit par choisir la gauche car elle était moins serrée...

-« Gagné ! »

Elle ouvrit sa main et les yeux de son protecteur s'illuminèrent.

-« Oh Lys ! Qu'aurais je fais sans toi...?! »

Il l'enlaça les yeux presque assez humide pour pleurer, se redressa et saisit délicatement le trèfle à quatre feuilles dans ses mains terreuses.

_________________Neko---Mania_______________

Merci infiniment Kachū~
Revenir en haut Aller en bas
Yuru Maho
Neko
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/07/2012

Personnage
Race: Neko
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Ven 17 Aoû - 13:16

Étant confortablement assis dans un bon fauteuil la barre de chocolat à la main, je regardais Garry donner corps et âme pour réussir cette épreuve et pour sauver sa ''fille''. Je rigolais devant ces cumules d'absurdités et ses moments plein d'émotions et de bonheur faux. Après plusieurs batailles, Garry ressemblait à un pauvre vagabond n'ayant pas assez d'argent pour une chemise neuve et pour prendre un bon bain.
Une fois cette épreuve réussi, Garry était fou de joies pour si peu, prenant sa fille elfique dans les bras, je claquais des doigts le ramenant à la prairie pour lui donnais la prochaine et dernière épreuve. Devant son état plus que misérable je décida de lui redonner une apparence plus présentable et de lui soigné ses quelques blessures.

« Bon bah nous y voilà à la dernière épreuve … je cherche un truc dur à te faire mais je trouve pas … bien sûr cette fois tu va aller au lac je n'ai pas besoin de te le dire … Mais tu à l'air pas content ! Estime toi heureux que je veuille bien devenir ton esclave après ! Normal que j'en profite maintenant. Bon prochaine épreuve : ''L'eau calme abrite le des démons aux charmes et à la voix irrésistible. Rend toi y et embrasse l'une de ces charmeuses puis revient ici. Voudras-tu revenir de ce voyage de rêve où tous tes fantasmes peuvent être réalisés.'' Donc tu as voyons une heure … non aller trois jours … plus aller je suis gentil je te laisse jusqu'à … ta mort. »

La dernière épreuve était lancée et pour une fois elle n’avait ni danger de mort, ni besoin d'arme, ni aucun effort, sauf nager jusqu'au fin fond du lac pour arriver dans la ville des sirènes et ou tout homme souhaite y rester jusqu'à ça mort. Il est vrai que quelques poissons pas très sympathique sont dans se lac et que la descente sera sûrement pas une partie de plaisir mais cela en vos la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Garry Ib
Humain
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes plus beaux rêve~

Personnage
Race: Humain
Pacte/Contractant:
Capacité :

MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru] Dim 19 Aoû - 22:18

hrp:
 

Et voilà... A peine le trèfle unique en possession, Garry fut téléporté dans la prairie, loin de la montagne, du village, et de Lys... Dans un sens, il s'y attendait. Le Joueur avait dût bien s'amuser à créer ce personnage, dans un sens il a été essentiel, mais il a créé en l'humain une émotion factice et irréelle, de quoi attiser bien des moqueries.

-"Bon bah nous y voilà à la dernière épreuve … je cherche un truc dur à te faire mais je trouve pas …bien sûr cette fois tu va aller au lac je n'ai pas besoin de te le dire …"

Enfin la dernière épreuve ! Mais pourquoi cherche-t-il toujours a faire plus compliqué ?! L'expression triste du jeune homme avait rapidement viré au rouge, a la fois coléreux de devoir continuer, profondément blessé par l'irréalité de la petite elphe aux cheveux d'or, irrité par la difficulté grandissante des épreuves, et épuisé de toute cette pression exercée sur sa pauvre personne. Un lac a l'eau aussi noir que du charbon n'invitait pas à s'y baigner... et qui sait ce qu'il allait y trouver à l'intérieur ?! Le monstre du Locnest ? Ou pire encore !Mais l'heure n'était pas à la complainte, plutôt au stress et l'angoisse, d'ici quelques instants Garry apprendrait le but de cette dernière épreuve. Les sourcils largement froncés, le nez retroussé par la colère, les yeux rougis par la haine et les muscles crispés par l'irritation, il attendait sans la moindre patience le verdict qui ne tarda pas à arriver :

-"Mais tu à l'air pas content ! Estime toi heureux que je veuille bien devenir ton esclave après ! Normal que j'en profite maintenant."

Que voulait il dire par "esclave"? Il n'avait pas parlé de ça à l'annonce du contrat ! Seulement d'entre aide à réaliser un souhait chacun, l'un la destruction d'une race importune, l'autre des réponses quant à ses origines cachées. Jamais il n'avait mentionné les termes esclave, soumission, ou encore maître. Malheureusement il ne lui laissa pas le temps d'en savoir d'avantage et poursuivit avec l'énoncé de la dernière mission :

-"Bon prochaine épreuve : ''L'eau calme abrite des démons aux charmes et à la voix irrésistible. Rend toi y et embrasse l'une de ces charmeuses puis revient ici. Voudras-tu revenir de ce voyage de rêve où tous tes fantasmes peuvent être réalisés.'' Donc tu as voyons une heure … non aller trois jours … plus aller je suis gentil je te laisse jusqu'à … ta mort." et sur ces belles paroles il s'en alla dans une fumée de pixels.

Jusqu'à ta mort... Que voulait il dire par là ? Cette épreuve était donc réellement plus difficile que les trois autres ? Des démons au charme... et a la voix irrésistible... Cette description... Elle ressemble étrangement à celle des sirènes. Alors c'est dont ça, le risque de non retour. Le risque quasi inévitable de tomber sous leur charme envoûtant.

Dans un long et pénible soupir de lassitude, le jeune homme se dirigea vers le lac. Cette fois le temps impartit était largement suffisant, nul besoin de se presser, juste de rester sur ses gardes... Le trajet fut de courte durée, et aucun danger n'avait pointé le bout de son nez. Ça paraissait louche... Trop louche. Yuru tramait quelque chose, bien assit dans son fauteuil, il préparait une bonne farce à son pauvre martyr, c'était inévitable. Du moins c'est ce que Garry pensait... Arrivé sur les rives du lac à la surface ténébreuse, il déposa son paquetage et s'assit dans l'espoir de voir apparaître une de ces délicieuses démones. Il resta éveillé après la tombée de la nuit mais Morphée s'était emparé de lui avant qu'il ne s'en rende compte. Les premières lueurs du jour eurent raison de son sommeil et le forcèrent à ouvrir péniblement les paupières. Rien ne s'était passé, aucune sirène ne s'était pointée, même pas une onde sur la surface de l'eau noire de jais. Il déduisit rapidement qu'attendre qu'elles viennent à lui n'était pas la bonne solution, il devait les rejoindre lui même pour mener à bien sa mission. En faisant tourner le cadrant de sa montre, il enfila une tenu de plongeur, armé d'un harpon affûté, laissant son barda sur les rives du lac sombre.

L'hésitation le gagna très rapidement, plonger dans une eau aussi lugubre ne l'enchantait guère... Et qui sait ce qu'il l'attendait à l'intérieur ? Mais le fait de se dire qu'une fois la quête accomplit, tout serait enfin terminé, et apparemment, il pourrait avoir tous les droits sur son nouvel... ami. Cette idée l'agaillardi et il plongea instantanément dans l'eau froide, glaciale même, mais pour son plus grand étonnement, sous la couche noir goudron cachait en fait une lumière presque aveuglante, plus il allait en profondeur, plus l'eau se réchauffait, et plus il arrivait à distinguer la cité tout au fond du lac. Il avançait, émerveillé par ce qu'il voyait, de ce fait il ne remarqua pas le banc de poissons bleu marine qui fonçait droit sur lui telle une étoile filante. Ils faisaient tous la taille d'une main ouverte quelques uns étaient encore jeunes, ils restaient au centre du groupe. Il eu à peine le temps d'empoigner son harpon que le banc le traversa, une multitude de flash aveuglant l'empêcha de faire la moindre riposte. Se cachant les yeux derrière ses bras il ne sentait que quelques coups sur tout son corps, quelques uns des poissons lumineux se heurtaient à lui et s'éloignaient aussitôt, rejoignant à toute allure le reste du groupe. Un instant passa avant que Garry soit débarrassé de ces importuns, ne comprenant pas cette soudaine attaque passive. Mais lorsqu'il aperçut les yeux flamboyant d'une créature qui faisait deux fois sa taille se diriger vers lui, il comprit enfin que son arme lui servirait... Non pas contre la poiscaille, mais contre ce monstre tout en cuire malsain et en dents aiguisées. Dégainant le harpon, il attendu que la bête lui fonde dessus pour s'écarter vivement et tirer au niveau de son crâne. La bête hurla mais fonça de nouveau, virant sur sa gauche grâce à un puisant coup de queue et reprit son attaque, le morceau de fer tranchant en travers de sa tête écailleuse. La gueule grande ouverte il avala tout rond le jeune humain.

Mais ce dernier ne se laissa pas avalé comme un vulgaire appât. Il leva les bras pour maintenir la gueule du géant ouverte, dans un dernier espoir de survie, il tourna de nouveau le cadrant de sa montre, faisant disparaître sa tenue de plongée ainsi que le harpon qui transperçait de part en part le monstre, mais aussi l'oxygène qui lui permettait de respirer sous l'eau. Ayant au préalable retenu au maximum sa respiration, il se dépêcha de faire apparaître l'arme a feu pour tirer vers le cerveau de la bête depuis sa gueule. S'écartant rapidement avant que la bête ne meure, il renfila sa tenue de plongeur et prit une grand inspiration, il s'en était fallut de peu... Reprenant son souffle, il continua sa descente vers le monde enchanterèsque des sirènes, restant cependant sur ses gardes.

Il arriva finalement devant ce qui semblait être une barrière protectrice, qu'il franchit sans encombres. Une horde de sirène mâle tout en arme se précipita vers lui et l'empêchèrent de bouger, il l'emenèrent dans le palais pour présentait au Roi l'intru qui s'était introduit dans leur Cité Sacrée.

Après de longues messes basses, il fut relâché et conduit dans les appartements de sa fille.... Contre toute attente, elle était tombée subitement amoureuse de ce dernier et comptait bien en faire sien. La divine créature entra en se mouvant d'une façon bien plus qu'élégante, ses hanches écailleuses reflétaient la lumière des lampions éparses, son buste aux formes alléchantes n'était que très peu couvert par sa chevelure d'or. Et sa peau, aussi blanche qu'une perle de nacre, contrastait fortement avec ses voiles aux couleur d'un somptueux couché de soleil. Qui aurait pu résister à une telle beauté...

Cette dernière se rapprocha de l'humain, un sourire radieux aux lèvres, son regard apaisé figeait littéralement l'homme en tenue de plongée. Elle déposa ses mains fines sur le casque et le lui retira, il n'eu pas le temps de réagir, l'eau s'infiltra dans ses poumons et il cru se noyer, mais, les yeux grand écarquillés, il lui sembla pouvoir respirer ! Hésitant, ill inspira lentement, l'eau pénétrait dans ses poumons, mais il ne se noyait pas.... Phénomène étrange... Surprenant... Mais vraiment agréable. Sans attendre d'avantage, elle plaqua doucement ses lèvres sur celles de son visiteur en fermant calmement les yeux. Celui ci resta figé un moment encore, ne réalisant pas ce qu'il lui arrivait, il comprit lorsque le baiser fut rompu.

-"Mon doux prince... Cela fait une éternité que j'attend votre arrivée... Et vous voilà enfin..."

Garry recula d'un pas et la teint à l'écart tandis qu'elle tentait de l'embrasser de nouveau.

-"Je crois que vous vous méprenez mademoiselle... Je suis seulement venus accomplir une mission."

Le regard de la douce créature se brisa, son coeur suivit, et des larmes jaillirent de ses beaux yeux émeraude. L'effet fut immédiat. Le rejet est une des nombreuses choses les plus douloureuse pour une femme... Tentant de la consoler, il se rapprocha d'elle alors qu'elle s'était détournée pour ne pas qu'il la voit pleurer, il toucha son bras du bout de ses doigts et les fit glisser le long de celui-ci, murmurant un petit mot d'excuse avant de s'en aller définitivement.

Il nagea le long des couloirs, abandonnant la déesse des eaux, mais plus il s'éloignait... Plus il pensait à elle... A sa longue chevelure de blé doré, ses yeux brillant tel un joyaux aux couleur d'un prés verdoyant, son corps sculpté dans du cristal, mais aussi sa queue aux voiles fins et ondulant au grès des courants, orangés, jaunes, légèrement transparents... Et ce baiser, ce divin baiser, leurs lèvres s'étaient à peine touchées, et pourtant un torrent de sensation l'avait envahit... Comment résister à une si belle créature... Alors qu'il allait la retrouver, s'excuser de nouveau, mais ne plus l'abandonner, des cris résonnèrent dans les couloirs adjacents. Des gardes qui étaient partit à sa recherche pour trahison. Plus le choix. Il fallait partir au plus vite, laissant définitivement la belle aux bras réconfortants de son père. Mais sans son casque, il ne pourrait pas remonter à la surface... Il fit disparaître la tenue bleu marine et la fit réapparaître.... Et de nouveau le casque ornait sa tête humide. Il nagea, nagea, nagea, mais les gardes mi-homme mi-poisson le rattrapaient très rapidement, il atteignit enfin la barrière qu'il traversa sans hésiter et se dirigea le plus vite possible vers la surface.

Enfin tout était terminé...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru]

Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre, une vie à jamais changée [PV Yuru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [fini] Les choses ont changé et ne seront plus jamais les mêmes. (John Watson)
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Mania :: Monde Humain :: Plaine de Jeux :: Rps en Cours-